vendredi 31 mai 2013

Mulgrew Miller, Influential Jazz Pianist, Dies at 57


Hiroyuki Ito for The New York Times
Mulgrew Miller — a soloist, academic and sideman— with the Lincoln Center Jazz Orchestra.



Mulgrew Miller, a jazz pianist whose soulful erudition, clarity of touch and rhythmic aplomb made him a fixture in the postbop mainstream for more than 30 years, died on Wednesday in Allentown, Pa. He was 57.

The cause was a stroke, said his longtime manager, Mark Gurley. Mr. Miller had been hospitalized since Friday.
Mr. Miller developed his voice in the 1970s, combining the bright precision of bebop, as exemplified by Bud Powell and Oscar Peterson, with the clattering intrigue of modal jazz, especially as defined by McCoy Tyner. His balanced but assertive style was a model of fluency, lucidity and bounce, and it influenced more than a generation of younger pianists.
He was a widely respected bandleader, working with a trio or with the group he called Wingspan, after the title of his second album. The blend of alto saxophone and vibraphone on that album, released on Landmark Records in 1987, appealed enough to Mr. Miller that he revived it in 2002 on “The Sequel” (MaxJazz), working in both cases with the vibraphonist Steve Nelson. Among Mr. Miller’s releases in the past decade were an impeccable solo piano album and four live albums featuring his dynamic trio.
Mr. Miller could be physically imposing on the bandstand — he stood taller than six feet, with a sturdy build — but his temperament was warm and gentlemanly. He was a dedicated mentor: his bands over the past decade included musicians in their 20s, and since 2005 he had been the director of jazz studies at William Paterson University in New Jersey.
If his sideman credentials overshadowed his solo career, it wasn’t hard to see why: he played on hundreds of albums and worked in a series of celebrated bands. His most visible recent work had been with the bassist Ron Carter, whose chamberlike Golden Striker Trio featured Mr. Miller and the guitarist Russell Malone on equal footing; the group released a live album, “San Sebastian” (In+Out), this year.
Born in Greenwood, Miss., on Aug. 13, 1955, Mulgrew Miller grew up immersed in Delta blues and gospel music. After picking out hymns by ear at the family piano, he began taking lessons at age 8. He played the organ in church and worked in soul cover bands, but devoted himself to jazz after seeing Peterson on television, a moment he later described as pivotal.
At Memphis State University he befriended two pianists, James Williams and Donald Brown, both of whom later joined Art Blakey’s Jazz Messengers. Mr. Miller spent several years with that band, just as he did with the trumpeter Woody Shaw, the singer Betty Carter and the Duke Ellington Orchestra, led by Ellington’s son Mercer. Mr. Miller worked in an acclaimed quintet led by the drummer Tony Williams from the mid-1980s until shortly before Williams died in 1997.
Mr. Miller, who lived in Easton, Pa., is survived by his wife, Tanya; his son, Darnell; his daughter, Leilani; a grandson; three brothers and three sisters.
Though he harbored few resentments, Mr. Miller was clear about the limitations imposed on his career. “Jazz is part progressive art and part folk art,” he said in a 2005 interview with DownBeat magazine, differentiating his own unassuming style from the concept-laden, critically acclaimed fare that he described as “interview music.” He added, “Guys who do what I am doing are viewed as passé.”
But Mr. Miller worked with so many celebrated peers, like the alto saxophonist Kenny Garrett and the tenor saxophonist Joe Lovano, that his reputation among musicians was ironclad. And his legacy includes a formative imprint on some leading players of the next wave, including the drummer Karriem Riggins and the bassist Derrick Hodge, who were in one of his trios. The pianist Robert Glasper once recorded an original ballad called “One for ’Grew,” paying homage to a primary influence. On Monday another prominent pianist, Geoffrey Keezer, attested on Twitter that seeing Mr. Miller one evening in 1986 was “what made me want to be a piano player professionally.”

mercredi 29 mai 2013

A great day in Harlem, 1958



Jean Bach, Jazz Documentarian and Fan, Dies at 94

ByDOUGLAS MARTIN
Published: May 28, 2013
  • Jean Bach, a lifelong jazz zealot whose fascination with a photograph of the titans of jazz gathered in front of a Harlem brownstone in 1958 led her to make a prizewinning movie about that moment, “A Great Day in Harlem,” 36 years later, died on Monday at her home in Manhattan. She was 94.

Jean Bach with her friend Bobby Short.
"Harlem 1958" courtesy Art Kane Archive
A Great Day in Harlem,” the famous jazz group portrait taken in 1958, inspired Ms. Bach to make her first film, about the photo, released in 1994.
The photographer Carol Friedman, a friend, announced the death.

A print of that black-and-white photograph — one of the most famous in jazz history — had for years hung in the office of Ms. Bach’s husband, Bob, a television executive. Art Kane, a fashion and music photographer on assignment for Esquire magazine, had taken it on Aug. 12, 1958, in front of 17 East 126th Street, off Fifth Avenue, having assembled 57 jazz musicians for the group portrait at the ungodly hour — for most of them — of 10 a.m.
On the stoop or standing in front of it were Count Basie, Lester Young, Gene Krupa, Dizzy Gillespie, Thelonious Monk, Art Blakey, Charles Mingus, Horace Silver, Sonny Rollins, Marian McPartland, Coleman Hawkins, Gerry Mulligan, Mary Lou Williams and 44 other musicians (along with children from the neighborhood). Esquire published the photo in 1959.
After her husband died in 1985, Ms. Bach, a radio producer, learned that Milt Hinton, the bassist and jazz photographer, had a home movie of the original 1958 shoot. Though she had no experience making movies, Ms. Bach acquired it and decided to use it as the basis ofan hourlong film, complementing the footage with interviews with musicians who were in the photo, clips of their performances, and narration by Quincy Jones.
Released in 1994,“A Great Day in Harlem”won the top award at the Chicago International Film Festival and was nominated for an Academy Award.
The jazz critic Whitney Balliett, writing in The New Yorker, called the film “a brilliant, funny, moving, altogether miraculous documentary.”
Ms. Bach had not originally intended it to be a movie. She had envisioned it as a series of recorded conversations that she would ultimately donate to the Smithsonian Institution. “I even planned on what I was going to wear to the ceremony,” she told The Chicago Tribune, “which pearls I would select, and how I was going to be very gracious about it all.”
For years, Ms. Bach was a fixture in the New York jazz world, with encyclopedic knowledge of the music, virtually unmatched connections and a reputation for giving great parties at her home in Greenwich Village. A gossip columnist once wrote that Frank Sinatra’s first question on coming to town was, “What’s happening down at Jean’s?”
After Ms. Bach and the pianist and singerBobby Shorthad a party in 1981 to celebrate their 40 years of friendship, Mr. Short described what drew him to her when they met in 1942 at the Sherman Hotel in Chicago.
I was a baby just out of high school,” he told The New Yorker in 1983, “and what drew me to Jean was not only her love for Duke Ellington but the fact that she could sing note for note Ben Webster solos and Cootie Williams solos and Johnny Hodges solos. And — she knew my idol, Ivie Anderson,” who sang with Ellington’s band.
Ms. Bach, he said, was “by far the most elegant and beautiful and sharply intelligent person I had ever met.”
Jean Enzinger was born on Sept. 27, 1918, in Chicago and grew up there and in Milwaukee. Her father worked in advertising, and her childhood household was full of music and parties. As a teenager she knocked on Duke Ellington’s door and established a lasting friendship.
Moving east to attend Vassar College, a short train ride from Harlem, she practically majored in trips to the Apollo Theater. In 1941, back in Chicago, she was at the Three Deuces when she met the trumpeter Shorty Sherock, then with Gene Krupa’s band. They married three weeks later.
Mr. Sherock later had his own band, which she managed. After they divorced in 1947, Ms. Bach worked as a radio scriptwriter and then as a press agent.
In 1948 she married Bob Bach, who was production coordinator for the television show “What’s My Line?” One member of the show’s celebrity panel was Arlene Francis, whose daily radio show on WOR she produced from 1960 to 1984.
Ms. Francis’s show, originally broadcast from Sardi’s, the theater district restaurant, became known for the guests Ms. Bach booked and who ranged from Leopold Stokowski to Ellington to Carl Sandburg.
In 1997 Ms. Bach directed a second movie, using outtakes from “A Great Day in Harlem.” In 20 minutes it solved one of the stranger riddles in jazz history: Did Dizzy Gillespie, in 1941, actually shoot spitballs onstage at his boss, the bandleader Cab Calloway, who promptly fired him?
No, Ms. Bach found. Interviewed for the film,“The Spitball Story,”the trumpeter Jonah Jones confessed to having done the deed. The short won awards at the Chicago International Film Festival, the Newport International Film Festival and the USA Film Festival.
In her later years, Ms. Bach, who left no immediate survivors, worked on a documentary about the saxophonist Gerry Mulligan, which is unfinished. It was all part of her mission of finding and preserving a world that seemed to be fading away in front of her.
Until six months ago, she was out on the town listening to jazz.





samedi 25 mai 2013

Article sur Joëlle Léandre dans la Libération de Bruno Pfeiffer


25/05/2013

mercredi 22 mai 2013

3 nouveau titres dans la collection '' JAZZ IMPRESSIONS''


COMMUNIQUÉ




A PARAÎTRE EN JUIN CHEZ ALTER EGO:
TROIS NOUVEAUX TITRES DANS LA COLLECTION «JAZZ IMPRESSIONS»


La collection «Jazz Impressions» des éditions Alter ego s’enrichit de trois nouveaux titres qui seront en librairie à partir du mois de juin.

  • Ce jour-là sur la planète Jazz de Jean-Louis LEMARCHAND

Miles aux Champs-Elysées, Ella à Harlem, Solal à Manhattan, Shepp à Alger, Goodman à Moscou….
«Ce jour-là sur la planète jazz» raconte à sa façon, très subjective, un siècle de jazz, qui prend son départ en 1913 (le 6 mars), avec la première citation du terme «jazz» dans un journal (de San Francisco) et s’achève par un concert de deux seniors bien verts, Ahmad Jamal et Yusef Lateef, 172 ans à eux deux, en juin 2012 (le 27) à l’Olympia (de Paris).
Un parcours où le lecteur retrouve quelques-uns des génies créateurs de «la plus populaire des musiques savantes», Louis Armstrong, Billie Holiday, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Miles Davis, Charles Mingus, John Coltrane, Martial Solal, Michel Petrucciani.
Jean-Louis LEMARCHAND est chroniqueur de jazz – La Tribune, VSD, Pleine Vie, Les Dernières Nouvelles du Jazz et membre de l’Académie du Jazz.
(Broché, 112 pages, 12 euros. ISBN 978-2-915528-37-4).

  • Hess-O-Hess, Chroniques 1966-1971 par Jacques B. HESS(1926-2011), préface de Lucien MALSON

Sous la direction de sa fille Anna Hess, cet ouvrage rassemble une savoureuse sélection de chroniques, parues entre 1966 et 1971 (pour l’essentiel dans Jazz Hot et Jazz Magazine) où transparaît ce qui caractérise l’esprit singulier de Jacques B. Hess: une érudition et une capacité d’analyse incomparables, un humour sans limites et souvent dévastateur.
Contrebassiste, critique et historien du jazz, musicologue, traducteur, écrivain, Jacques B. Hess a entamé sa carrière de musicien à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il fut emprisonné dans le camp de concentration de Buchenwald.
Rescapé de ce camp, et décoré de la légion d'honneur, il a accompagné de nombreux musiciens de jazz pour des séances d'enregistrement ou lors de tournées dans le monde entier. Entre autres, Claude Bolling, Guy Lafitte, Jack Diéval, Eric

Dolphy, Bud Powell et Duke Ellington ont fait appel à lui. (Broché, 232 pages, 17 euros, ISBN 978-2-915528-39-8).


  • My favorite things, le tour du Jazz en 80 écrivains, préface de Yannick SEITÉ, illustration de couverture de Pierre ALECHINSKY

Rassemblés par Franck MÉDIONI, ils sont 80 écrivains, romanciers, poètes, auteurs de polar, essayistes, philosophes, hommes, femmes, toutes générations et genres confondus. Chacun d’entre eux a choisi un album de jazz qui l’a marqué et a écrit un texte libre dessus. A la manière d’un big band, ce livre collectif inédit, à la fois singulier et pluriel, réunit 80 auteurs qui, en toute liberté, expriment leur amour du jazz.
À côté de retrouvailles avec des écrivains mélomanes connus comme connaisseurs du jazz (le jazz lui aussi a ses Nietzsche, ses Jouve et ses Quignard et l’on croisera même ici quelques intimidantes autorités critiques), à côté de la confirmation de telle ou telle intuition (« Je me disais bien aussi, que X ne pouvait qu’aimer le jazz... »), My Favorite Things, le tour du jazz en 80 écrivains ménage à son lecteur le plaisir, la surprise, de découvrir la prédilection de tel écrivain, de tel poète dont l’œuvre fait à peu près complètement silence sur les musiques de jazz, pour tel musicien, pour un disque donné.

Journaliste, écrivain, producteur de l’émission Jazzistiques sur France Musique, Franck Médioni est l’auteur de plusieurs livres sur la musique: John Coltrane, 80 musiciens de jazz témoignent (Actes Sud), Miles Davis, 80 musiciens de jazz témoignent (Actes Sud), Le goût du jazz (Le Mercure de France), Martial Solal, ma vie sur un tabouret (Actes Sud), A voix basse, entretiens avec Joëlle Léandre (Editions MF), Albert Ayler, témoignages sur un Holy Ghost (Le mot et le reste), Jimi Hendrix (Gallimard), La voie des rythmes, avec le peintre Daniel Humair (Editions Virgile), Louis Armstrong, enchanter le jazz, avec le dessinateur Michel Backès (A dos d’âne).
(Broché, 272 pages, 19, 50 euros, ISBN 978-2-915528-38-1)





CONTACT PRESSE:
Joël Mettay 06 87 73 94 90
leseditionsalterego.wordpress.com






dimanche 19 mai 2013

Concert à l'Ever'in de Nîmes par Le JazzestLà le vendredi 24 mai




« Hill » trio Jobic le Masson piano
John Betsch batterie Peter Giron contrebasse

Il y a eu tant de trios piano/basse/batterie qu’on pourrait penser qu’il est difficile d’innover encore avec cette formule. Le trio de Jobic le Masson, pianiste et compositeur inspiré par Monk et Andrew Hill, nous prouve le contraire, nous entraînant vers des routes nouvelles. Le récent album « Hill », salué par la critique, en est une parfaite illustration. Ni imitation ou hommage, c’est plus un clin d’œil à l’ influence revendiquée du pianiste Andrew Hill, trop méconnu sans doute, qui fut pourtant dans les années 60/70 un pianiste très créatif qui enregistra avec Charles Tolliver, Ron Carter, Cecil Mc Bee, Woody Shaw, Paul Motian et tant d’autres grands de l’histoire de cette période.
La musique de ce trio résulte d’une longue collaboration entre les trois musiciens qui trouvèrent leur son lors de nombreuses séances au regretté club parisien Les Sept Lézards véritable laboratoire de la création musicale.
Nous connaissons bien ici les deux autres piliers du trio : John Betsch (venu avec le trio Kuntu en novembre 2012) un des héritiers directs de Max Roach par sa maîtrise de la polyrythmie. Faut-il rappeler que ce maître fut compagnon de route d’Archie Shepp, de Mal Waldron, d’Abbey Lincoln, d’Abdullah Ibrahim, de Steve Lacy de nombreuses années avec JJ Avenel et bien d’autres. Peter Giron (présent aussi dans le trio Kuntu) était revenu à l’Ever’in pour un mémorable concert aux côtés de Sylvia Howard où l’on a pu apprécié son remarquable jeu. Lui aussi est un habitué des collaborations avec les jazzmen de haut niveau. Dans le trio, son jeu s’affirme plus que jamais, précis et lyrique, avec une pulsation impeccable qui nous emporte.
C’est donc un vrai bonheur de les retrouver avec ce pianiste qui n’hésite pas à s’aventurer dans les champs accidentés de l’improvisation avec une rare puissance. Oui, on est loin des chemins battus ! Nous savons que ce trio est ravi de se produire ici, cela promet une soirée jazz-club à ne pas manquer !

Réservation conseillée : lejazz.estla@laposte.net / 04 66 64 10 25
Prochain rendez-vous : Fête de la musique Vendredi 21 Juin 2013
Jazz à l’Ever’in avec LE JAZZ EST LA

samedi 18 mai 2013

Souvenirs d'Ahmad Jamal qui était à Junas en 2011


Saturday, May 18, 2013

Ahmad Jamal on Mosaic Records - [From The Archives]




Kenny Washington: “How did you come up with your concept of less-is-more?”

Ahmad Jamal: “… I think it has to do with philosophy and how I approach the disciplines. There’s a discipline in music. There’s an amount of showiness and showing off in front of musicians, which is always a mistake. So I kind of backed off sometimes and I think it’s part of the discipline that I’ve employed through the years. I still have that. Some people call it space, but I call it discipline.”

“These sides are glistening examples of the polished skill and remarkable interplay that are the hallmarks of the Jamal trio.  Israel Crosby is on-hand to give imaginative and rock-steady support. Vernel Fournier is, as ever, fluid and quick as mercury. Jamal displays all the qualities that have elicited so much vociferous respect from fellow musicians, critics and records buyers ….”
Jack Tracy/Original liner notes to Jamal at The Pershing, Vol. 2

“The mid fifties was a fertile time for Jazz; fresh, original ensembles were taking shape all over the country. The Modern Jazz Quartet, the Dave Brubeck Quartet, The Jazz Messengers and the Ahmad Jamal Trio immediately come to mind. Among musicians, each group had its imitators and its creative disciples who took its innovations one step further.

But no group in this era was as pervasive as the 1957 incarnation of Jamal’s trio with bassist Israel Crosby and drummer Vernel Fournier. Like the Nat King Cole Trio of the previous decade, its influence penetrated so many different aspects of music.

Jamal is first and foremost a pianist with a natural gift for the instrument. His technique, dynamics and control are something to behold, but the mind that manipulates what comes out of the piano is extraordinary.  Like only the greatest of improvising artists, Jamal is a master architect, realizing with his mind conceives with seeming ease.”
Michael CuscunaMosaic Records

Plus sur Ahmad Jamal sur:

dimanche 12 mai 2013

Un peu d'histoire de jazz




Le jazz selon Marcel Fleiss

MARCEL FLEISS

Marcel Fleiss, le fondateur de la galerie 1900-2000, est l’auteur de mythiques séries de photos de Jazzmen. Il raconte pour La Règle du jeu sa passion pour le jazz et l’histoire de sa riche collection.

M
Marcel Fleiss dans sa galerie 1900-2000, rue Bonaparte à Paris. Photo : Yann Revol
J’ai eu la chance d’habiter dans le New York du début des années 50. Mes parents m’avaient fait loger chez des amis à eux, pour que j’apprenne l’anglais en même temps que le métier familial, pelletier. Cela m’a permis de connaître les jazz clubs de l’époque, même si je n’avais que 17 ans. Au Birdland, on m’avait d’abord refusé l’entrée : puisqu’ils servaient de l’alcool, il fallait, en principe, être plus âgé. Mais j’ai promis au patron de l’époque, Oscar Goodstein, de ne pas poser de problèmes et de ne boire que du Coca ; alors il m’a laissé entrer.
Ma passion pour le jazz avait commencé à Paris : j’allais souvent dans la cave du Tabou et au Club Saint-Germain – la rue des Lombards n’existait pas encore. À New York, j’étais comblé : c’était the right place, at the right moment. J’ai pu observer la révolution du jazz des années 50, et connaître des lieux et des concerts mythiques, parfois même non-programmés.
J’en ai profité autant que je le pouvais : j’ai demandé, et obtenu, la permission de faire des photos au Birdland et dans d’autres boîtes de jazz. Jusque-là, je prenais surtout des photos de mes amis ; parfois de mes voyages, puisque mon père m’envoyait me former de par le monde (Alaska, URSS…).
Je n’avais pas vraiment de concurrence. Quelques photographes de salle existaient, mais ils ont rapidement compris que je ne cherchais pas à les remplacer. J’ai même suppléé à titre honorifique le photographe du Birdland, lorsqu’il ne pouvait venir.
Charles Delaunay et Thelonious Monk, coulisses de la salle Pleyel, 1954
Charles Delaunay et Thelonious Monk, coulisses de la salle Pleyel, 1954
Mon bonheur a aussi été de connaître Charles Delaunay, petit-fils de Robert Delaunay et directeur de la revue Jazz Hot, aujourd’hui la plus ancienne revue française de Jazz en activité, qui publiait notamment Maurice Henry – que j’ai eu l’opportunité d’exposer par la suite – et Boris Vian.
Je lui ai proposé mes photos, et il est allé jusqu’à m’accorder une colonne dans sa revue : Les nouvelles d’Amérique, où j’énumérais et illustrais l’actualité du jazz new-yorkais. Je n’étais pas rémunéré : je n’en avais pas réellement besoin, et je trouvais honteux de demander à être payé pour quelque chose qui me faisait autant plaisir.
Ces articles m’ont permis de faire sortir de l’ombre quelques musiciens : j’ai écrit le premier papier en France sur Charles Mingus, et ai été un des premiers – sinon le premier – à parler de Gigi Gryce, George Wallington et Charlie Smith.
Certains de mes papiers ont été co-signés par un certain Jacques Henry, qui n’était autre que Ny Renaud qui souhaitait rester anonyme – je pense que, cinquante ans après, on peut le dire.
Intrigués par l’intérêt que je leur portais, certains jazzmen m’ont demandé de les faire engager pour des concerts à Paris. Mes photographies ont pu servir à ces artistes de tremplin pour la France.
Il y avait un véritable attrait pour Paris, plus particulièrement pour Saint-Germain (c’est là qu’étaient les bonnes salles) ; ils parlaient aussi souvent des parfums français, et goûtaient le vin de Bordeaux. Le problème était que les clubs n’avaient pas de moyens : ils ne pouvaient se permettre d’offrir le voyage aux musiciens, et se contentaient donc de profiter de la venue de certains d’entre eux. J’ai essayé d’apporter mon aide chaque fois que j’en avais l’occasion, mais il faut dire que cela aurait été très compliqué sans Henri et Ny Renaud – Henri jouait au Tabou ; quant à Ny, elle était la tête pensante. J’étais aussi très ami avec le directeur des Disques Vogue, Léon Kaba, et j’essayais de lui faire enregistrer un disque lorsqu’un musicien venait à Paris.


jeudi 9 mai 2013

Jazz in Arles du 11 au 18 mai 2013



Jazz in Arles 2013DU 11 AU 18 MAI
JAZZ IN ARLES 18ème édition
>> Chers adhérents, sur présentation de votre carte, bénéficiez du tarif réduit!!
Samedi 11 mai 11h00“Criée” d'ouverture du festival par une déambulation musicale dans les rues arlésiennes

Avec Roland Pichaud, crieur  et Daniel Malavergne, tuba

Lundi 13 mai 18h30
Apéro-concert à la chapelle du Méjan

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Journal intime
Sylvain Bardiau, trompette / Frédéric Gastard, saxophone basse / Matthias Mahler, trombone

Jazzmix in New York, d'Olivier Taieb (2010, 90') 20h30

Mardi 14 mai 20h30
Marilyn Crispell & Gerry Hemingway Duo
Marilyn Crispell, piano / Gerry Hemingway, batterie

Mercredi 15 mai 20h30
Edouard Ferlet "Think Bach"
Edouard Ferlet, piano solo

Thomas Enhco Trio
Thomas Enhco, piano / Chris Jennings, contrebasse / Nicolas Charlier, batterie

Jeudi 16 mai 20h30
Guillaume de Chassy Trio "Silences"
Guillaume de Chassy, piano / Thomas Savy, clarinettes / Arnault Cuisinier, contrebasse

Vendredi 17 mai 20h30
Ralph Alessi/Fred Hersch Duo
Ralph Alessi, trompette / Fred Hersch, piano

Samedi 18 mai 20h30
Susanne Abbuehl Quartet "The Gift"
Susanne Abbuehl, voix / Matthieu Michel, trompette et bugle /  Wolfert Brederode, piano et harmonium indien / Olavi Louhivuori, batterie et percussions
Tarifs : 20€ / 15€ / 7€
Pass Jazz : 40€ (5concerts + 1 projection)
Renseignements et réservations : 04 90 49 56 78 / mejan@actes-sud.fr
A visiter : www.lemejan.com
--------------------------------------------------

mercredi 8 mai 2013

Songs, No Songs par H3B

Voilà après le magnifique concert du Denis Badault H3B au Cratère d'Alès le 9 avril, maintenant leur
CD discuté par Denis Desassis  sur CITIZEN JAZZ



Songs, No Songs

Denis Badault H3B

Denis Badault (p, comp), Tom Arthurs (tp), Régis Huby (vl), Sébastien Boisseau (b).
Ce disque subjugue dès la première écoute. Mais pourquoi s’en étonner ? Il y a un peu plus de deux ans, en mars 2011, Citizen Jazz saluait la parution de la première production, sobrement intitulée H3B, d’un quartet acoustique sans batterie placé sous la férule de Denis Badault, une formation originale dont la géométrie paritaire et les subtils accords de voix aboutissaient à une musique à la fois ambitieuse et fluide. Un univers intimiste, une quête de couleurs volontiers impressionnistes, un laboratoire des sons dont la créativité était des plus réjouissantes.
D’abord connu (et reconnu) en 1982 comme créateur de la Bande à Badault, un ensemble éclectique de treize musiciens, le pianiste sera choisi quelque temps plus tard, en 1986, par François Jeanneau pour intégrer le premier Orchestre National de Jazz aux côtés d’Andy Emler, avant d’en être nommé directeur pour trois saisons en 1991. Badault est un pédagogue, aussi actif en matière de composition que d’improvisation, amoureux de danse contemporaine et d’électronique ; mais il est aussi (surtout ?) l’animateur de petites formations comme le Trio Bado (avec Olivier Sens et François Merville), les Trois Claviers avec Andy Emler et Emmanuel Bex et, bien sûr, le quartet H3B, découvert en 2009 lors de la création de BadOxymore avec l’Orchestre National de Montpellier.
Songs, No Songs, publié à l’automne 2012, est donc le deuxième chapitre du roman H3B. Le titre du disque renvoie à la méthode employée : ces treize pièces sont soit écrites, les mélodies se voulant alors plus ou moins raffinées (les « songs »), dans un souci du son et d’une forme assez concise, soit des improvisations libres (les « no songs »), propices aux expérimentations. Il y a donc dans cet album intimiste une construction élaborée reposant sur le quadrilatère harmonieux que constituent, aux côtés de Badault, Régis Huby au violon [1]Sébastien Boisseau à la contrebasse et Tom Arthurs à la trompette. Ce quartet [2], est d’une grande justesse ; la scénarisation – l’alternance compositions/improvisations – s’efface très vite et on ne perçoit plus qu’un seul ensemble, lyrique, volontiers romantique, et plutôt atypique, dont les textures entremêlées sont de toute beauté. Aucune facilité dans l’exécution, mais un travail savant de (re)création d’une musique contemporaine aux atours élégants. Et bien malin qui, sans les notes de pochette, saura ou voudra démêler les fils de ces deux démarches complémentaires (« Ré For Régis », composé ou improvisé ?). Bien sûr, les compositions mettent en avant un chant vibratoire, mais aussi des rythmes, des scansions parfois hypnotiques, aux confins du sérialisme, et les improvisations aux contours plus sinueux se glissent entre elles comme de stimulants jeux de questions et réponses entre instruments, des espaces de recherche où le travail de modelage des sons relève de l’expérimentation, avec son cortège d’incertitudes. Qu’on se rassure toutefois : les deux chemins ne laissent jamais l’auditeur sur le bas-côté ; tantôt parallèles, tantôt imbriqués, il sont toujours en mouvement.
Le résultat est constamment magnifique - une rivière qui prendrait sa source assez loin, au début du XXe siècle, avant de s’oxygéner dans les inventions du présent. Une musique de notre temps, qu’on peut appeler jazz par commodité mais qui s’échappe de son cadre dès que l’occasion se présente et revêt alors les couleurs de la musique de chambre. Impossible d’évoquer un musicien plutôt qu’un autre : on l’a dit, l’idée même de hiérarchie est absente dans cet équilibre parfait, mis en valeur par une prise de son impeccable. Bien difficile aussi de citer telle pièce plus qu’une autre car le disque est à prendre comme un tout : même si le thème de « L’envie » et son gospel sous-jacent où chaque instrument semble tutoyer les anges donnent la chair de poule ; même si, dans la foulée, « Veloce And Piano » s’embarque dans une course débridée qui contraste avec malice avec ce qui précède. Une musique où tout est bon à prendre...
Denis Badault réussit son opération séduction : Songs, No Songs est un disque aux tonalités vespérales dont on ne parvient pas facilement à se séparer. Il laisse parfois imaginer une conversation animée où se feraient entendre les voix de Debussy, Schoenberg et Chet Baker, dans la dégustation d’une « 7e huître » que leur auraient apportée Stravinski et Steve Reich. Il reste de la place à leur table, et le pianiste s’y est d’ailleurs installé avec gourmandise en compagnie de ses comparses.
[1Comme son prédécesseur, le disque est publié chez Abalone Productions, le label de Régis Huby.
[2Dont le trompettiste était à l’origine Laurent Blondiau, ce qui explique les initiales H3B.


http://www.citizenjazz.com/Denis-Badault-H3B.html
par Denis Desassis // Publié le 6 mai 2013

lundi 6 mai 2013

Quarteto Gardel, Le Vigan par Frank Bigotte

Très belles Photos par Frank Bigotte du Quarteto Gardel , Le Vigan 12 avril


Concert par Jazz70 à Nîmes: Mathis Haug et Raphaël Lemonnier

Bonjour à Tous, 

Nous sommes heureux de retrouver Vendredi prochain à La Milonga Del Angel le trio de Mathis Haug, qui viendra nous présenter son nouvel album " Distance", largement salué par la critique, et exceptionnellement accompagné par Raphaël Lemonnier au clavier ! 

L'album de Mathis Haug, Réalisé par J.J. Milteau, regroupe onze titres originaux et une reprise de Prince, qui dessinent l'univers d'un artiste en pleine maturité, armé d'une voix attachante, de guitares efficaces et de compositions subtilement personnelles. Si la musique évoque une brassée d'influences constructives qui pourraient aller de Tom Waits à Skip James en passant par Leonard Cohen, force est de constater l'authenticité et l'originalité de l'interprétation ...   

Nous vous assurons donc une très belle réunion Jazz / Blues / Folk pour une soirée intimiste dans le cadre club de la Milonga vendredi prochain !

Vous pouvez réserver vos places en envoyant un mail à quentin.james@jazz.70 ; ou en vous rendant dans les magasins fnac, carrefour et Géant (et sur le site www.fnac.com)
13/16€ (+ frais de location / sauf en passant par l'adresse quentin.james@jazz70.fr)

Milonga del angel : 47 rue de l'occitanie 3000 Nîmes (au bout de l'impasse entre le supermarché DIA et la Pharmacie - A côté du Lycée Philippe Lamour)

Concert à 20h30 / 
Possibilité de diner sur place (réservations, pour le restaurant uniquement, au 06 63 90 69 18)

Au plaisir de vous retrouver la bas; 

Toute l'équipe de JAZZ 70



samedi 4 mai 2013

Stéphane Galland, batteur d'AKA MOON

Article écrit sur Citizen Jazz par le bruxellois de jazz Jacques Prouvost sur le batteur d'AKA MOON Stépahne Galland.
Stéphane a joué au Vigan en 2012 avec le quartet de Nguyên Lê


Stéphane Galland

La sortie de « Lobi », premier disque de Stéphane Galland en leader, en a surpris plus d’un. Le batteur emblématique d’Aka Moon nous dévoile les dessous du projet.
Né en Belgique en 1969, Stéphane Galland est connu pour être l’un des trois ingrédients indispensables d’Aka Moon. Batteur surdoué, il a su créer son propre style et marqué de ses polyrythmies insensées les projets de Nguyen Lê, Hubert Dupont, Nelson Veras, Reggie Washington et bien d’autres. Discret, Stéphane Galland entre enfin dans la lumière avec son disque bien à lui. Il nous en parle.
- L’idée d’enregistrer un album en leader vous trottait-elle dans la tête depuis longtemps ?
Pas vraiment. L’idée était sans doute là, mais je ne comptais pas la concrétiser aussi vite. Cela s’est précipité suite à l’invitation du Gaume Jazz Festival pour une carte blanche. Après ce concert, Julien Lepièce, du label Outhere m’a contacté car il avait entendu parler de ce projet. L’idée lui plaisait et il avait envie de « rafraîchir » un peu le catalogue. Pour ma part, je n’avais pas du tout pensé à enregistrer, et encore moins sortir un disque.
- Quand Jean-Pierre Bissot du Gaume Jazz vous a proposé cette carte blanche, vous avez automatiquement pensé à ce line-up ?
Non, pas du tout. J’ai toujours eu un peu de réticence à former mon propre groupe. Je n’éprouvais pas ce besoin parce que dans les groupes où je joue, je suis toujours libre de m’exprimer et de m’épanouir. Pour cette carte blanche, je pensais donc monter un projet autour d’Aka Moon, en invitant des musiciens que j’avais rencontrés et avec qui j’avais envie de partager des expériences. Mais Jean-Pierre Bissot m’a poussé à aller plus loin et à me détacher d’Aka Moon.
- Vous avez donc établi une liste d’invités ?
J’avais d’abord en tête Tigran Hamasyan et Misirli Ahmet, car je venais de jouer avec eux. J’ai rencontré Tigran le jour de son anniversaire, à l’occasion d’un concert de Dhafer Yussef, dont je remplaçais le batteur. J’ai eu envie de jouer avec Tigran dans un autre contexte. J’étais très curieux. Quant à Misirli, je l’ai rencontré lors d’un concer d’Aka Moon à Istanbul. C’est d’ailleurs là que Jean-Pierre Bissot m’a proposé cette carte blanche.
- Qu’est ce qui vous attire et vous fascine chez Tigran ?
D’abord, sa façon d’imprégner son jeu très jazz et très contemporain de tradition arménienne, d’utiliser tous ces ornements, de travailler rythmiquement. Il a une manière très particulière de travailler les mesures composées.
- C’est un jeu très percussif, c’est cela aussi qui vous a plu ?
Entre autres. On sent qu’il adore la batterie. C’est très motivant de jouer avec lui.
- Et pour Misirli Ahmet ?
C’est une personne étonnante. C’est aussi un chercheur qui a remis beaucoup de choses en question dans la musique turque. Il a une personnalité qui transparaît dans sa musique. C’était une rencontre musicale, mais surtout humaine. Et j’avais vraiment envie de mettre en présence Misirli et Tigran. Un Arménien et un Turc ! Et je suis alors parti sur l’idée de réunir des gens de cultures très différentes, qui ont cette vision-là du futur et qui n’ont pas peur de remettre en question tout leur background…
JPEG - 120 ko
Stéphane Galland © Jacques Prouvost

mercredi 1 mai 2013

Le 10 mai à Nîmes: Le Mike Stern et Bill Evans Band


VENDREDI 10 MAI

NIMES - Gard
Le Vendredi 10 mai à 20h30
SMAC - PALOMA  
Date unique en France !!


MIKE STERN and BILL EVANS BAND
                    
Mike Stern (guitare), Bill Evans (saxophone), Tom Kennedy (basse) et Dave Weckl (batterie)

Un concert rare à ne pas rater !!
Un quartet de légende pour une première collaboration avec la nouvelle Scène de Musiques Actuelles Paloma de Nîmes.
Au milieu des années 70, Mike Stern commence à faire des vagues avec le groupe Blood, Sweat & Tears. Mais c'est surtout son travail dans la formation de Miles Davis, en 1981, qui va le propulser sur la scène jazz/fusion. Il fut ensuite enrôlé par Jaco Pastorius et devint un membre actif de Steps Ahead avant d'entamer une prometteuse carrière solo. Et que dire des musiciens qui l'accompagnent ? Bill Evans qui a fait partie lui aussi du groupe de Miles Davis et de Step Ahaed que l'on peut voir aux côtés de Carlos Santana, Dave Weckl révélé par Chick Corea fait partie des ténors de la fusion depuis plus de 30 ans et Tom Kennedy, magnifique bassiste vu aux côtés de Dizzy Gillespie, Randy Bracker, Al Di Meola et bien d'autres.

Looking For Abraxas Première partie
Ce quartet, nourri par la sensibilité de chaque musicien, au service de compositions de Guilhem Verger, et laissant une réelle place à l'improvisation, puise autant son inspiration dans le jazz européen qu'américain, et tente de se rapprocher au maximum de « la voie du chant intérieur».
Projet issu des résidences 2013 du Collectif JAZZ EN L'R.

VENDREDI 10 MAI
SMAC PALOMA, NIMES
Tarifs : 20€ / 24€ en préventes
23€ / 27€ au guichet
Tarif réduits pour adhérents de Jazz à Junas, chômeurs, étudiants, carte pass culture,
gratuit pour moins de 10 ans
Renseignements et préventes
www.paloma-nimes.fr
04 11 94 00 10

 

Billetterie en ligne :