samedi 27 décembre 2014

Buddy DeFranco vient de nous quitter à l'âge de 91 ans

The clarinetist Buddy DeFranco in 1982. CreditNBCU Photobank, via Getty Images
Continue reading the main storyShare This Page
Buddy DeFranco, the innovative clarinetist who rose from the remains of the swing era to forge new and lasting prominence as the instrument’s pre-eminent interpreter of bebop, died on Wednesday in Panama City, Fla. He was 91.
His death was confirmed by his wife, Joyce.
From 1939, the year he graduated from a high school music program in Philadelphia, until just a few years ago, Mr. DeFranco was rarely off a stage, large or small.
After a decade of roadwork with big-name dance bands, Mr. DeFranco — tall, handsome and not yet 30 — was poised to inherit the throne shared for years by Benny Goodman, the King of Swing, and Artie Shaw, the King of the Clarinet. But by the time that moment arrived, the big-band clarinet realm had diminished significantly, overtaken by the saxophone and modern jazz.
Captivated by the complex, challenging new sounds and increasingly aware that the music market was evolving, Mr. DeFranco moved quickly to carve out a fresh career in bebop, a perilous undertaking on an instrument that requires nearly superhuman skill and dexterity to keep up with bebop’s sometimes freakishly fast tempos.
“Buddy is unique because he was really the only clarinetist who caught on to the new jazz language,” Dan Morgenstern, the jazz critic and historian, said in an interview in 2012. Unlike Goodman, Mr. Morgenstern said, “he had an ear to deal harmonically with modern jazz” — and unlike Shaw, who ultimately gave up playing, he was more consistent and more disciplined.
Over a 70-year career, Mr. DeFranco became a perennial fan favorite, winning Down Beat magazine’s annual popularity poll 20 times and drawing fresh audiences with his warm tone and effortless technique. In a business known for the volatility — even mortal dissipation — of its stars, Mr. DeFranco was noted, and occasionally needled, for his relentless daily practice regimen. On the bandstand he was focused yet easygoing, preferring to showcase fluid playing over instrument-waving histrionics.
His first big job was playing alto saxophone and clarinet with the band led by the trumpeter Johnny (Scat) Davis, followed by stints with Gene Krupa, Charlie Barnet and Tommy Dorsey. From the late 1940s on, he became known for his more intimate collaborations with other greats, among them the pianists George Shearing, Count Basie, Art Tatum and Oscar Peterson and the drummer Art Blakey.
After a brief, unsuccessful stint as the leader of his own big band in 1951, he moved on to small-group performances around the country until 1966, when he returned to swing and a steady income, taking charge of the still-popular Glenn Miller Orchestra for eight years.
Mr. DeFranco’s crucial career change did not come all at once but evolved through the ’40s, as the saxophone, long the stalwart of big-band woodwind sections, moved into greater solo prominence and even greater stature as the driving sound of bebop, with the alto saxophonist Charlie Parker as its prophet.
“DeFranco, unbearably challenged by Charlie Parker, attacked bebop head-on and mastered it,” Whitney Balliett wrote in a New Yorker magazine profile in 1990. “He developed such fluency and invention and speed that he was considered the supreme jazz clarinetist. His work has never faltered, and he has kept the instrument alive in jazz simply by playing it so well.”
Mr. DeFranco’s goal, he told the jazz writer Ted Panken in 1999, was putting his own stamp on whatever music he was playing “so that you become an original, so that people will say, when they hear your record: ‘That’s who it is. That’s Bird. That’s Art Tatum. That’s Oscar Peterson. That’s Buddy.’ ”
“I had about six careers during the last 60 years,” Mr. DeFranco said. “Periodically, I’ll envelop a new concept on the clarinet, stay with that for a while, almost discarding what I was doing before, though not quite. I gradually wound up with a sensible mixture, combining whatever new thing I was doing with my earlier way of playing.”
But dealing with the ferociously fast rhythms and chord changes of modern jazz is often trickier on a clarinet than on the more forgiving saxophone. For one thing, the saxophone is an octave instrument; if you press a key to go up an octave, the fingering is still the same. But a clarinet goes up 12 tones, and the fingering changes, a challenge Mr. DeFranco often mentioned in interviews.
“For a clarinet to keep pace with a big band, or with a rhythm section, takes a lot of energy,” he said in The New York Times in 1982. “It could take 20 years off your life.”
He added, “Young people say to me, ‘I didn’t know you could play modern jazz on a clarinet.’ ”
Boniface Ferdinand Leonardo DeFranco was born on Feb. 17, 1923, in Camden, N.J., and grew up in Philadelphia, one of five children. His father, Leonardo, an immigrant from Italy, lost his eyesight to an infection and eventually trained to be a piano tuner. He was also an amateur guitarist who played with a band called the Jovial Night Owls, whose members were all blind.
Mr. DeFranco’s mother, the former Louise Giordano, who worked in clerical and factory jobs, was, he recalled, frail and high-strung and was committed to a state mental hospital, where she died after 35 years. With their father struggling to make ends meet, the children were taken in by an aunt and uncle.
When Buddy was 5, his father coached him on his first instrument, the mandolin, which he played by ear, but by 8, he had switched to the clarinet and the saxophone. He continued his musical education at the Mastbaum School of Music in Philadelphia (now the Jules Mastbaum Technical/Vocational School). He graduated at 16 and was hired by Scat Davis shortly after that.
Mr. DeFranco was married three times and divorced twice. After a brief first marriage, he wed Mitchell Vanston; they had a son, Christopher, who died in 2001. In addition to his wife, whom he married in 1975, he is survived by their son, Charles.
Mr. DeFranco recorded dozens of albums; his 1958 album “Cross Country Suite” won a Grammy Award for its composer-arranger, Nelson Riddle. An avid experimenter with musical styles and instrumental combinations, he also collaborated with the virtuoso accordionist Tommy Gumina in the 1960s. Through the ’80s and ’90s, Mr. DeFranco and the vibraphonist Terry Gibbs often performed together.
He was named a National Endowment for the Arts Jazz Master, the country’s highest honor for jazz musicians, in 2006. But his quest to conquer the clarinet and its challenges never ceased.
“You know, this is all tricky stuff,” Mr. DeFranco told the jazz critic Howard Mandel. “Once I was doing some school clinics, and one of the great symphonic clarinet players, Daniel Bonade of the Philadelphia Orchestra, was doing another clinic in the same school. I used to pick the brains of as many clarinet players as I could, to see how they got their sound, what reeds they used, everything. So I went to hear his clinic, and at the end I sidled up and said, ‘When do you finally master the clarinet?’ And he said: ‘Master the clarinet? That’s the funniest thing I ever heard.’ ”

jeudi 25 décembre 2014

Apéro-Jazz à Nîmes, le samedi 3 janvier au restaurant Les Alizés

          Cette fin d’année, malgré quelques difficultés liées au lieu, aura finalement été marquée tout de même par 4  rendez-vous  (2 concerts et 2 « apéros-jazz ») qui ont connu tous un beau succès tant par la qualité de la musique que par la présence du public. Comme chaque année désormais, nous vous donnons rendez-vous dès le 3 janvier au restaurant « Les Alizés » pour un apéro-jazz, occasion de se retrouver en toute convivialité adhérents, amis, habitués et nouveaux venus, occasion également de souhaiter la bonne année aux amis pas encore vus ! Venez nombreux.
 Au programme :19h30    : Rémi Charmasson guitare solo
                          21h     : duo « Sur la Route »Laure Donnat voix  
                                       Maryse Gattegno contrebasse
Entrée libre. Restaurant « Les Alizés »26  Bd Victor Hugo Nîmes

    Autre bonne nouvelle : un nouveau lieu nous accueille pour les concerts : La Table de Cana (rue de l’Hostellerie) en Ville Active dès le 30 janvier avec le quartet « Migrants » : autour du contrebassiste Bernard Santacruz, trois acteurs remarquables de la scène jazz : Géraldine Laurent sax alto, Bernard Jean vibraphone, Simon Goubert batterie. Dès janvier vous recevrez plus d’infos sur cette soirée, sur le lieu et sur les concerts à venir déjà calés.
N’oubliez pas d’avertir votre entourage ! Bonne fin d’année.
 A très bientôt. Patrice Goujon pour Le Jazz Est Là

lundi 22 décembre 2014



Une anthologie du jazz, par Francis Marmande et Daniel Richard, des origines à 1962, subjective jusqu’à l’os, drôle, légère, mais aussi grave et tendue.

Cette anthologie du jazz, parue chez Naïve, couvre la période des origines jusqu’à 1962, date à laquelle l’auteur des textes, Francis Marmande, quitte sa ville natale, Bayonne. Subjective jusqu’à l’os, drôle, légère, mais aussi grave, tendue, elle fait découvrir ce qui se trame dans le corps et l’esprit d’un « amateur » de jazz, par ailleurs - sinon musicien - du moins qui « joue de la contrebasse ». Le free jazz y est manifestement mieux et plus amplement mis en valeur que souvent dans des entreprises voisines.
Une anthologie, fut-elle « naïve », reste une anthologie, c’est à dire une sélection. On en connaît plusieurs (pour le jazz), depuis celle d’André Clergeat [1] (épuisée malgré deux éditions) jusqu’à la plus récente, qui fait l’objet de ce portrait, en passant par celle d’André Francis [2] (restée inachevée), sans oublier les innombrables « quintessence » présentées sous la plume d’Alain Gerber [3] Des maîtres qui ont formé notre écoute, notre goût et notre jugement, beaucoup ont évité l’exercice (Lucien Malson, Michel-Claude Jalard, Philippe Carles, pour n’en citer que trois), pour diverses raisons qui tournent toutes autour du refus de la « compilation ». Personnellement, j’ai toujours été fasciné par cette idée de concentrer en quelques disques l’essentiel d’une musique que j’aime, et ce pour une très mauvaise raison en rapport avec le fait que les aléas de l’existence m’ont souvent conduit à vider les rayonnages des disques accumulés pendant des années. Dans ces moments là, les « anthologies » sont et restent l’analogon du trésor perdu.
Voici donc Francis Marmande à l’œuvre à son tour. Il n’est pas seul, mais soutenu dans l’entreprise par celui qui lui a commandé ce travail (Patrick Schuster), et par Daniel Richard, probablement l’homme qui connaît le mieux en France l’histoire du jazz par les disques, depuis les 78 tours jusqu’aux productions les plus récentes. Rappelons qu’il occupa, avant d’être remercié pour ses services superlatifs, un poste clé chez Universal, quand cette major s’intéressait encore au jazz de façon non seulement comptable mais encore artistique. Et voici ce qu’en écrit F. Marmande en mai 2009 : « Daniel Richard, ouvrier maçon, batteur de bal, crut bon de prendre Mai 68 à la lettre. Le voici qui monte des Sables-d’Olonne à Paris pour se consacrer au jazz. Immense mémoire du monde. A Lido-Musique, le magasin historique des Champs, dans les années 1970, les plus illustres musiciens, les plus modestes, les mythiques et les miteux, venaient le consulter comme un oracle. Avec son aide, Charlie Watts conseillait en jazz ses potes du groupe où il faisait batteur (les Rolling Stones). Lido-Musique payait Richard au SMIC. Chez Universal, après Hank Jones, Salif Keita, Abbey Lincoln, Madeleine Peyroux, Melody Gardot, Rokia Traoré qu’il a tous et toutes produits, le voilà limogé. »
Ces deux qui font la paire vont d’abord accoucher d’une idée forte, passée inaperçue jusqu’ici : ne publier quasiment que des disques entiers : soit les deux faces d’un 78 tours, soit les deux faces d’un 45 tours « single », soit les quatre d’un EP, ou encore les deux faces d’un 33 tours 25 cm (lisez par exemple l’histoire du 25 cm de Paul Bley, elle vaut la peine), ou même (mais oui) l’intégralité des deux faces d’un 33 tours 30 cm. Voilà pour l’amour du disque originel, et c’est finalement aussi bien que les « pochettes » d’origine, car dans le cas des 78 tours, à quoi bon reproduire un vulgaire bout de papier kraft ! Ensuite l’idée sera d’aller jusqu’en 1962 (puisque la loi le permet aujourd’hui largement) et de ne pas lésiner sur les années free. Ainsi le volume 12 n’est constitué que (!) de la Freedom Now Suite de Max Roach et du Live at The Village Vanguard de Coltrane. L’autre bonne idée c’est que les années sont un peu mélangées : le volume 1 couvre 1921-1928, le volume 2 1926 - 1932, puis le volume 3 1929 - 1939. Le volume 4 repart en 1937 mais file jusqu’en 1951. Ainsi de suite. Plus vous regardez en détail comment cela est agencé, plus vous êtes frappé par l’intelligence des choix, la précision des références (matrices), la subtilité des enchaînements. Beaucoup de travail et de réflexion pour en arriver à la « naïveté »…
Francis Marmande a vécu à Bayonne jusqu’en 1962. Il se trouve que moi aussi, ou presque. En tous cas, la rue Bourgneuf (petit Bayonne, entre Nive et Adour) aura vu ma présence le soir après le Lycée (de Biarritz) au 19, où mon grand-père Louis Junique avait un magasin de papiers d’emballage et ficelles. Mais à deux numéros près je crois, le père de Michel Portaltenait son imprimerie dans la même rue. Et au bout de la dite, à droite, la fameuse Madame A. dont parle Francis Marmande dans un de ses textes, ouvrait sa boutique de livres et disques d’occasion. Un micro-climat « jazz » tout à fait étonnant : nous nous sommes servis au même endroit, des « cuts » en provenance des USA, des disques relégués, dont personne ne voulait en France. Songez ! Pour arriver jusqu’à Bayonne… Je n’ai jamais (à l’époque) identifié celui qui devait avoir seulement quelques années de moins que moi, mais il est clair que nous avons hanté les mêmes lieux. Sauf les réunions du Hot-Club quand même : comme j’habitais Biarritz, j’ai manqué ça, j’ai même ignoré l’existence de cette coterie [4], et je découvre aujourd’hui que lors de la cérémonie annuelle du club, le professeur de philosophie que j’avais à Biarritz, Monsieur Labernède (je le reconnais au détail de l’écharpe blanche) avait l’habitude de poser toujours la même question pour mettre en rage le vieux Panassié : « Que pensez-vous de Charlie Parker ? » Incroyable ! Je n’ai jamais su (et j’étais son meilleur élève) qu’il aimait et écoutait du jazz.
On aura compris qu’à bien des égards cette anthologie me touche jusqu’à la moelle. On aura compris aussi que l’écrivain Marmande (professeur émérite, journaliste au Monde, jazz, corrida, cirque, culture, spécialiste reconnu de l’œuvre de Bataille) ponctue ses présentations de nombre d’anecdotes qui le mettent en jeu, mais qui révèlent en même temps « l’amour et la vie d’un amateur de jazz » dans lequel on peut se projeter, et se trouver jusqu’à s’y perdre ! Son style est connu, au moins de ceux qui le lisent, articles mais aussi (et surtout) récits publiés en divers lieux et dans diverses maisons. Je renvoie aux bibliographies, en retenant pour ma part La Chambre d’AmourLa Mémoire du chienLa Housse partie et le merveilleuxChutes libres.
par Philippe Méziat // Publié le 15 décembre 2014
P.-S. :
Jazz Heroes, une anthologie du jazz, Naïve, 12 CD, 9,90€ pièce
[1Parue en 2001 sous le titre Les Triomphes du Jazz, 20 CD avec biographies, elle est plutôt orientée « jazz classique », et n’accueille par exemple Sonny Rollins ou Thelonious Monk que dans des volumes consacrés globalement à des saxophonistes ou à des pianistes. Très peu onéreuse, vendue en grande surface, elle a connu deux tirages et un vif succès. Elle se limite, vu sa date de parution, aux enregistrements libres de droits en 2000, soit l’année 1950.
[2Parue au Chant du Monde sous le titre Les Trésors du Jazz, réalisée en collaboration avec Jean Schwarz, très ambitieuse puisque comportant, à partir de l’année 1952, dix CD par année, elle s’est arrêtée en 1957. On peut le regretter car elle reste la plus complète sur la période, et à ce titre elle est assez recherchée. On remarquera que les plus patients, dans cette affaire, auront eu raison d’attendre, puisque la loi sur le domaine public permet aujourd’hui de couvrir la période considérée (à tort ou à raison) comme l’âge d’or du jazz.
[3La série des « quintessence » vaut surtout pour la plume de Gerber, qui n’a pas son pareil pour romancer le jazz. Sa limite tient aux années de parution, trop tôt dans l’histoire (voir note précédente), et à la nécessité d’éditer de nouveaux volumes au fur et à mesure que les années passent.
[4Je n’arrive pas à décider si ce fut une chance.

vendredi 5 décembre 2014

Dernier concert de 2014 à Allègre les Fumades le vendredi 12 décembre

Vendredi 12 décembre - 20h30 - L'Étranger / Réminiscences

Allègre-les-Fumades - Gard
Vendredi 12 décembre - 20h30
Centre de développement culturel - Maison de l'Eau


Peters / Dennefeld / Séguron / Jullian 4tet
L'Étranger / Réminiscences
D’après l’oeuvre d’Albert Camus

Pierre-Jean Peters / interprétation & mise en scène
Adrien Dennefeld / guitare & violoncelle
Guillaume Séguron / contrebasse & basse électrique
Jean-Pierre Jullian / batterie & percussions

Ce projet réalisé par le comédien Pierre-Jean Peters est le résultat d’une passion qu’il consacre depuis dix ans à ce monument littéraire.
Fruit d’un travail croisé entre l’adaptation théâtrale d’une oeuvre littéraire avec le Jazz et la musique improvisée, il a imaginé un quatuor dans lequel il incarne la figure de Camus l’écrivain et son héros Meursault. Ses partenaires musiciens sont une présence essentielle qui fixe le ton et installe un mouvement parallèle et ordonné.
Séquences organiques, compléments lyriques fixés dans la dramaturgie. Cette hybridation révèle le sens profond du texte ainsi que les thèmes chers à Camus : L’Algérie et le Soleil, le Meurtre, la Justice, la Révolte.

Tarifs: 12€ tarif plein / 9€ et 6€ tarifs réduits
Renseignements et billetterie
Centre de Développement culturel: 04 66 24 96 02
Ouverture du mardi au vendredi 9h-12h

Et 14h-17h - Samedi 14h-18h

Concert ART DECO le vendredi 12 décembre à Nîmes

Le Vendredi 12 Décembre, retour à La Milonga Del Angel, lieu qui se prête toujours aussi bien à l'ambiance club de Jazz, pour une soirée hommage à Don Cherry ! 
Avec le Quartet Art Deco emmené par Michel Marre, Doudou Gouirand, Denis Fournier et Gabrielle Koehlhoeffer.
Et qui de mieux pour en parler que Michel Marre lui même :

C’est par Doudou qu’on a connu Don Cherry. Ils avaient joué ensemble en Suède quand Don y demeurait. Pour moi c’était depuis longtemps un musicien majeur, un maître de cette musique improvisée. Tout y était inspiré, frais, la naissance d’un courant et l’audace de supprimer l’instrument harmonique comme le piano ou la guitare. L’harmonie est alors « cuisinée » sur place par les trois instruments monophoniques, ce qui les rend solidaires et imbriqués à 100% . Bien sûr la batterie et la contrebasse n’étaient pas en reste dans cet océan de liberté. Miles Davis était admiratif et herbie Hancock fanatique. Je me souviens avoir observé ses doigts sur les pistons dans "the Sphinx" thème ultra rapide. La musique était tellement évidente dans sa tête que les notes sortaient parfois sans les bons doigtés, c’est peut être tout simplement ça le génie...

Michel Marre

Images intégrées 1

jeudi 27 novembre 2014

Michael Cuscuna, icône du disque de jazz


lundi 24 novembre 2014

Concert du Ernest Dawkins Trio au Subito Nîmes, le vendredi 5 décembre à 20h15

Ernest Dawkins trio

La venue du saxophoniste Ernest Dawkins est un évènement, non pas seulement parce qu’il est un musicien de Chicago et qu’il fera un bref séjour en France (c’est donc une chance de le recevoir), mais aussi parce que c’est un acteur de longue date du mouvement animé par de nombreux musiciens dans le cadre de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians) fondée en 1965. Parallèlement à New-York, Chicago fut une ville historiquement très active aussi bien dans le domaine du blues que du jazz. Avec l’émergence du free-jazz ou « New Thing », des musiciens s’organisent dans une sorte de collectif duquel émergera le célèbre « Art Ensemble of Chicago ». Mais bien d’autres musiciens se côtoient dans l’AACM comme Anthony Braxton (qui fut son voisin d’enfance), Chico Freeman, Joseph Jarman, Don Moye, Claudine Amina Myers…. se revendiquant dans le contexte politique de l’époque de la « Great Black Music ». Ernest Dawkins travaille avec l’ensemble « Ethnic Heritage » et fonde dans les années 2000 le « New Horizons  Ensemble» qui se produit régulièrement à Chicago et dans les tournées mondiales, combinant bebop, swing et avant-garde. Dans le « Chicago trio » il est aux côtés de Hamid Drake et Harrison Bankhead que nous avons reçus lors du concert « The Turbine». Il est aussi compositeur et enseignant dans les grandes écoles de Chicago et bien sûr dans l’AACM dont il fut un temps le président.

Bernard Santacruz (contrebasse) et Samuel Silvant (batterie) ont rencontré le saxophoniste à Chicago dans le cadre du projet « The Bridge » initié par Alexandre Pierrepont qui vise à organiser des rencontres régulières entre des musiciens de France et de Chicago. La présence exceptionnelle d’Ernest Dawkins en France était donc l’occasion de retrouvailles musicales avec celui dont le parcours en fait un représentant de la culture afro-américaine qu’il défend à travers sa musique. Loin des tournées « clés en main », Le Jazz Est Là affectionne particulièrement ces rencontres assez uniques (nous en avons connu d’autres avec John Tchicai, Bobby Few…) avec des musiciens pour lesquels la création, l’échange, le partage du même héritage musical et la confrontation des expériences restent au cœur de leurs préoccupations. Les musiciens de l’AACM de Chicago sont rompus à ce type d’expérience. Ne ratez donc pas cette occasion que nous offre Ernest Dawkins avec ce trio.

Attention, la jauge de ce lieu est limitée, il est fortement conseillé de réserver
(Le concert devra commencer à 20h15 précises)

Infos sur :      

Apéro-Vintage Jazz , vidéo de la belle soirée 21 novembre à Nîmes

20141121 apero Jazz Alizés formation 125 à la... par zimprod

vendredi 21 novembre 2014

Littérature pour le weekend: Mal Waldron sa vie et l'Europe

The Truly Underrated Mal Waldron, Interviewed

The term underrated applies to so many amazing jazz artists that it becomes almost a vapid turn-of-phrase. But in so many cases, it is not; the quietly ubiquitous Mal Waldron is a perfect case in point. What an amazing talent he was: as a soloist, accompanist, composer and organizer of music. Read this Ted Panken piece, all at once or in pieces. But if you break it up, throw on some music that Waldron instigated, to drive home the message.

-Michael Cuscuna

Read Article…

Follow: Mosaic Records Facebook Tumblr Twitter

For Mal Waldron’s 89th birthday, A Director’s Cut of a DownBeat Piece from 2002

In recognition of the 89th birth anniversary of the late pianist-composer Mal Waldron, I’m posting a “directors’ cut” of an article that ran in DownBeat in 2002, with a link to the two interviews that I conducted with Mr. Waldron — one on WKCR, another on the phone — that contributed to the bulk of the piece. It was an honor to meet and interact with him.
* * *
An expatriate for roughly half his life, 77-year-old pianist Mal Waldron, New York born, finds it increasingly difficult to come home. “I don’t plan to return to the States for a while,” he noted in New York last August, two nights into a week at the Blue Note with bassist Reggie Workman and drummer Andrew Cyrille. “I like to smoke cigarettes, and I can’t smoke on the bandstand. Having the smoke around me when I play the piano helps me to feel the mood, and feel relaxed and jazzy. That’s my ‘snoozedecker,’ like they say; my blanket of security, like the little kid in ‘Peanuts.’”

Dhafer Youssef Quintet mardi 25 novembre au Cratère d'Alès à 20.30




Impossible de résister à cette musique d’une beauté absolue qui, sous des rythmes orientaux, mêle oud, piano, contrebasse, batterie et la voix céleste de Dhaffer Youssef qui fusionne avec la clarinette, telle un couple d’hirondelles qui volent ensemble, changent de direction, se mêlent et se confondent, comme des incantations.  Dhafer Youssef est un oudiste, vocaliste et compositeur tunisien, issu d’une longue lignée de muezzins. Très jeune, sa voix, déjà exceptionnelle et remarquée de tous, jaillit du haut du minaret de son village pour l’appel à la prière. Dans la foulée, il apprend l’oud puis rejoint le Conservatoire de Tunis. Plus tard, c’est à Vienne, où il s’est installé, qu’il découvre le jazz. Très rapidement, sa musique qui mêle de façon alchimique jazz, influences orientales et sa voix si singulière qui semble venir de l’au-delà, le propulse dans une carrière internationale.