vendredi 31 juillet 2015

Idris Muhammad, legendary New Orleans drummer, is dead at 74

Idris Muhammad, whose drumming crossed over several musical styles including funk, jazz, and rhythm and blues, died Tuesday (July 29). He was 74.
Muhammad's death was confirmed by close friend Dan Williams, who got to know Muhammad through Williams' Jazz Journey concert series sponsored by the New Orleans Jazz & Heritage Foundation. Williams learned of Muhammad's death through family members in Fort Lauderdale, Fla. A converted Muslim, Muhammad was immediately buried in accordance with the traditions of Islam, Williams said.
His cause of death has not yet been confirmed, but Williams and other friends noted that Muhammad had been receiving dialysis treatment in New Orleans — where he had returned from New York City to retire back in 2011.
While he had spent the past two decades working with jazz pianist Ahmad Jamal, Muhammad's drumming covered almost every genre of contemporary music, including rock 'n' roll. He toured or recorded with a who's who of big names — Roberta Flack, Grover Washington, George Benson, Sonny Stitt and John Scofield, to name a few. Williams said that Muhammad got his first national touring gig with Sam Cooke before moving on to Jerry Butler, Curtis Mayfield and beyond.
"He was eclectic in terms of his playing," Williams said. "He mixed the New Orleans sound, that sound of the street music, with jazz music and rock 'n' roll, and had all that intertwined," Williams explained. "He tuned his drum to get the sound from the New Orleans street bands, the marching bands, and he'd get that kind of sound that would come from New Orleans. That's why he was so sought after.
"He had the syncopation of New Orleans."
The news devastated the WWOZ-FM staff, who had gotten to know Muhammad personally and through his music. After learning of the news, Wednesday's (July 30) "Morning Set" jazz show featured plenty of Muhammad's work.
I'd put him on the Mount Rushmore of New Orleans drummers, along with Smokey Johnson, Johnny Vidacovich and Herlin Riley." -- George Ingmire, DJ, WWOZ
"I'd put him on the Mount Rushmore of New Orleans drummers, along with Smokey Johnson, Johnny Vidacovich and Herlin Riley," said George Ingmire, host of Wednesday's "New Orleans Music Show" and the nationally syndicated radio show "New Orleans Calling." As soon as he had set up his Mount Rushmore, of course, Ingmire, who didn't know Muhammad personally, started thinking of others worth including, such as Zigaboo Modeliste and Ed Blackwell. But Muhammad, he said, was special: "It was his the soulfulness that he brought to the funkiness of the music. He opened it up a little more by drumming in a soulful way. He played with a lot of people, and made their music sound better."
Maryse Dejean, WWOZ's volunteer coordinator, had become acquainted with Muhammad along with her husband, Don Paul, and marveled at Muhammad's contrasting personalities behind and away from the drum kit.
"He was just a humble person," Dejean said. "He was a genuinely nice guy, but when you listen to that music ... Mmm! His drive, the creativity, the sheer masterful strokes."
Leo Morris was born in New Orleans on Nov. 13, 1939. He was friends with the famed Neville family, and as Keith Spera noted in a 2007 article, helped Aaron meet his beloved wife, Joel Roux (now deceased), when the boys were "bippity-bopping" down Valence Street one day in 1957. By the time he was 16, he had played the drums for Fats Domino's 1956 hit, "Blueberry Hill," and later played with the Hawketts (led by Art Neville) on their iconic anthem, "Mardi Gras Mambo."
Writing in 2010, Spera said, "Leo Morris was mesmerized by the chants and rhythms of the Mardi Gras Indians. Years later, he moved to New York and then Europe, changed his name to Idris Muhammad and deployed those rhythms as a prolific drummer for hire. Over five decades, he logged hundreds of recordings and thousands of performances with Sam Cooke, Jerry Butler, Roberta Flack, avant-jazz saxophonist Pharoah Sanders, jazz funk saxophonist Lou Donaldson, guitarist Melvin Sparks, pianist Ahmad Jamal, New York tenor star Joe Lovano and many more. In recent years, Muhammad has returned to his hometown to mask Indian with saxophonist Big Chief Donald Harrison's tribe."
In 2012, Muhammad collaborated with fellow drummer Britt Anderson on "Inside the Music: The Life of Idris Muhammad."
Come back to for additional information and reflection from those who were close to Muhammad, and leave your own reflections in the comment section below.
Chris Waddington contributed to this report.

mardi 28 juillet 2015

Fatouma Diawara et Roberto Fonseca à Vauvert par Jazz à Junas

20150717 junas vauvert teaser fatoumata diawara... par zimprod

Steve Smith à joué a Vauvert avec Mikes Stern , Didier Lockwood et Tom Kennedy

Steve Smith: Drummer For All Seasons

Steve Smith: Drummer For All Seasons
By  Published: 10,948 views
I feel like I unify the musicians in the group into a unit. Because the rhythm is the common denominator of how musicians connect and relate to each other. —Steve Smith
Drummer Steve Smith has traced the history of jazz drumming—pretty much most of American music drumming—in his storied career that has seen him drive big bands, small jazz combos, and fiery fusion groups, including tenures with Jean-Luc Ponty and the rock band Journey. 

Though sometimes—as in the case of jazz-rock fusion—he was thrown into the fray without much experience, he has always been up to the challenge. He handled each situation with aplomb, and as a result is now one of the drummers that can be counted on without question, no matter what the situation, to produce and make valuable contributions. He's done countless studio sessions with premier rock and jazz musicians, conducts drum clinics and tours regularly. He doesn't just know the drum kit inside and out, he knows music; knows how to adapt on the fly, something he savors, which is why playing jazz is his favorite creative outlet. 

suite sur:

Minicamp de stages des Jeunes Jazziques pendant le Festival en 2015

20150725 junas festival minicamp musical par zimprod

Teaser Concert à Vauvert par Jazz à Junas de Mikes Stern, Didier Lockwood, Tom Kennedy et Steph Smith

20150718 junas vauvert teaser stern lockwood par zimprod

lundi 27 juillet 2015

Howard Rumsey vient de nous quitter

Howard Rumsey, Musician Who Invigorated West Coast Jazz Scene, Dies at 97

Howard Rumsey, right, with members of the Lighthouse All-Stars in 1954.CreditHoward Rumsey Collection, Los Angeles Jazz Institute Archive
Howard Rumsey, the jazz bassist and entrepreneur who as leader of the Lighthouse All-Stars helped popularize the notion of a progressive West Coast jazz scene in the 1950s, died on July 15 in Newport Beach, Calif. He was 97.
The cause was complications of pneumonia, said Nancy Simonian, a longtime friend.
In the late 1940s, the Lighthouse Cafe was a struggling Polynesian-themed nightclub a block from the sand in Hermosa Beach, Calif., with a clientele of longshoremen and aircraft-factory workers. Mr. Rumsey, not one of jazz’s greatest bassists but surely one of its champion promoters, transformed it into a locus of postwar, California jazz. Using the club’s name to build a brand, he formed a top-level house ensemble, the Lighthouse All-Stars; booked college-circuit tours; and started his own record company, Lighthouse Records. But in 1952 the Contemporary label began releasing a series of Lighthouse All-Stars records — some recorded live in the club — with evocative beach-scene photographs, including “Music for Lighthousekeeping” and “Lighthouse at Laguna.”
Howard Rumsey was born on Nov. 7, 1917, in Brawley, Calif. He had worked in Stan Kenton’s first big band, and later with Charlie Barnet’s. In 1948 he relocated to Hermosa Beach, and soon proposed the idea of Sunday afternoon jam sessions to the Lighthouse’s owner, John Levine. Starting in 1949, he ran the club’s music bookings, turning the Sunday sessions into 12-hour marathons and having the band play evenings during the week as well.
An early version of the All-Stars was made up of musicians from Los Angeles’s Central Avenue jazz scene, including the tenor saxophonist Teddy Edwards and the pianist Hampton Hawes. Later, members of Kenton’s and Woody Herman’s bands began to drift into the group.
Among the band’s core were the trumpeters Shorty Rogers and Conte Candoli; the saxophonists Bob Cooper, Jimmy Giuffre and Bud Shank; the trombonist Frank Rosolino; and the drummers Stan Levey and Shelly Manne. (Max Roach played drums with the band for a time in 1953.)
Some of the music was the airy, low-pulse-rate jazz that the West Coast became famous for; more was loose, straight-ahead post-bop, modeled after the New York style.
The group disbanded in the early 1960s, but Mr. Rumsey continued to book the Lighthouse through the decade, increasingly with major out-of-town acts. By the mid-50s he had also started the Intercollegiate Jazz Festival to help develop talent in Southern California.
From 1971 to his retirement in 1985, he managed and booked the music at Concerts by the Sea, a jazz club in Redondo Beach, Calif.
He had no immediate survivors.

vendredi 24 juillet 2015

Les Contemporains Paralléles ! Nos fameux peintres à Junas pendant le Festival 2015

FESTIVAL 2015 : Samedi 25 Juillet à JUNAS

10h00 Ballade Jazz en garrigues, entrée libre
Depuis le 20ème festival ce rendez-vous en garrigue est devenu incontournable ! Cette année ce parcours d'1 heure 30 environ sera agrémenté par des moments musicaux proposés par Impérial Orphéon. Des duos, des trios ou des solos jalonneront ce parcours naturel, historique et ludique et nouveauté cette année,  un botaniste professionnel sera présent pour apporter son regard et ses connaissances sur la flore que les spectateurs traverseront.

12h00 Place de l'Avenir
Pour poursuivre cette promenade dans la meilleure des convivialités nous proposons un repas à Corbières, autre lieu symbolique du patrimoine de Junas. Inscriptions au 04 66 80 30 27. Prix 5 euros (Part de Paëlla + fruit).

14h00 Place de l'Avenir, entrée libre

Rémy Poulakys : accordéon, voix, Gérald Chevillon : saxophone basse, Damien Sabatier :saxophone baryton

L’Impérial Orphéon c’est la rencontre de quatre musiciens poly-instrumentistes dont le souci d’exigence et d’originalité se traduit par une énergie complice et explosive sur scène. Leur rythmique précise et fiévreuse ainsi que l’utilisation de la famille des saxophones au grand complet nourrissent les ouïes d’une musique rauque et généreuse par la variété des timbres développés.
Le quartet revisite façon « orphéon » des choros brésiliens, thèmes bulgares endiablés, standards de musettes, tours de chants rossiniens. Une invitation à la danse insolite et joyeusement déjantée !
Avec cette formation, l’Impérial Orphéon trace une ligne musicale inventive aux contours accrocheurs, ce qui ne signifie pas sans surprise. Le souffle est là qui bouscule et dérange les codes par ses associations multiples et diverses !

16h30 Mairie de Junas, tarif unique 4 euros

Erik Truffaz New York Chamonix Project Realisé par Jeremiah, 6', Distrib. : Oleo Films
Un lac, une trompette, un trombone, deux cors des alpes et des tambours, entre les sonorités urbaines et les paysages alpestres.
Si Erik Truffaz est devenu le nouveau trompettiste dont tout le monde parle, c’est que toute la puissance de sa musique réside dans cette extraordinaire capacité à suggérer les émotions et à les intégrer dans le temps présent, laissant ainsi à l’auditeur le plaisir rare de pouvoir les traduire. 
Basquiat, une vie Réalisé par Jean-Michel Vecchiet 52’, 2010 Production : Pénélope Morgan Production, Arte
Basquiat, une vie s’ouvre sur New York, ses ponts, ses murs, ses graffs, ses quartiers en ruine. Une voix off annonce le futur de ce jeune homme de 15 ans, de son art et de son époque et ainsi « commence la légende ». Le ton du film est donné, le destin est en marche. Scandé par la musique de Beethoven, lyrique et funèbre, le film, tel un opéra, avance vers son dénouement inévitable et terrible. Jean-Michel Vecchiet construit ce récit dramatique comme un maelström d’émotions, un tourbillon d’images, de musique et de témoignages, et remonte la course du peintre vers la gloire – et la mort. 

18h00 au Temple, entrée libre
Ólöf Arnals : voix guitare                                    Skuli Sverrisson : basse

Chanteuse multi-instrumentiste, l’islandaise Ólöf Arnalds est une violoniste classique de formation. Autodidacte à la guitare et à la charango, élevée aux chants traditionnels islandais, c’est par sa voix qu’elle se distingue le plus.
Cette voix qui, immédiatement, captive et possède une aura magique, comme venue d’un autre monde. Souvent comparée à des artistes de talent tels Vashti Bunyan, Judee Sill et Kate Bush, elle fait preuve sur scène de magnétisme et d’assurance, jouant aussi bien de son charme burlesque et de sa franche paillardise que d’une délicatesse toute en nuances dans l’interprétation de ses chansons. Et, pour ne rien gâcher au plaisir, elle s’est produite avec la légendaire Björk.

 dans les Carrières 

Norvège, Suède, France                                                     Date unique en France !!

Bugge Wesseltoft : piano, claviers, Erik Truffaz : trompette, Dan Berglund : basse, Andreas Bye : batterie, Ilhan Ersahin : saxophone

Bugge 'n Friends est composé de 5 musiciens pour 3 pays différents ! Une multinationale "all stars" avec section mélodique en laiton, une section rythmique au son chaud, percussions électroniques et compositions accrocheuses écrits par le pianiste norvégien Bugge Wesseltoft.

Le projet pourrait rappeler le grand succès et l'ambiance de New Conception Of Jazz mais porté à un autre niveau. Après un concert au célèbre festival de Jazz d'Oslo en Septembre 2011 avec Erik Truffaz, Ilhan Ersahin, Dan Berglund et Andreas Bye, l'histoire a continué 2012 avec les tournées au Japon et dans les festivals européens mais ce sera une première en France !! 

22h30 dans les Carrières


Mathias Eick : trompette, Andreas Ulvo : piano, Torstein Lofthus : batterie, Audun Erlien : basse,Erlend Viken : violon

C’est ainsi qu’Eick s’est mué au cours des douze dernières années en multi-instrumentiste : trompette, guitare et vibraphone rendent possible la rencontre du jazz et du rock progressif. Ce n’est pas pour rien que Mathias Eick est qualifié d’étoile montante de la scène jazz norvégienne. Sa trompette puissante et riche en harmoniques a fait de lui un sideman apprécié du cénacle des musiciens ECM. Il offre une vision différente, moderne du jazz. Dans ses morceaux aux mélodies élégantes, il peut donner libre cours à son sens de l’espace et à son goût pour les atmosphères éthérées. Mathias Eick dispose d’un sens de la musique qui transcende les genres. Très tôt, il a eu le privilège de collaborer avec des artistes aussi variés que Chick Corea, Pat Metheny, le Trondheim Jazz Orchestra, le groupe de rock psychédélique norvégien Motorpsycho ou encore ses compatriotes de Jaga Jazzist.

Tarif soirée : 26 euros (Tarif plein), 21 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans 

Billetterie en ligne

Souvenirs concert de jeudi 23 juillet Jazz à Junas

20150723 junas lars danielsson group invite... par zimprod

FESTIVAL 2015 : Vendredi 24 Juillet à JUNAS

16h30 à la Mairie de Junas, tarif unique 4 euros
Tigran Documentaire réalisé par Adrien Rivollier en 2014
Tigran Hamasyan, 26 ans, est l’une des plus grandes révélations de la scène jazz de ces dernières années. Ce film explore le processus de création du pianiste, dans ses moindres recoins. Images d'archives en Arménie, travail de composition en solitaire ou enregistrement en studio, coulisses de concerts. Le réalisateur orchestre les allers.retours de Tigran entre son Arménie natale et cet Occident d'adoption, entre le rock métal et la musique traditionnelle arménienne, entre Thelonious Monk et Rachmaninov, entre le silence des montagnes du Caucase et le vacarme des rues de Los Angeles...
Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur.

18h00 au Temple de Junas, entrée libre          

Lars Danielsson : contrebasse, violoncelle
Mathias Eick : trompette
On y retrouvera 2 des protagonistes de la veille pour un moment 
d'une grande émotion, une musique à fleur de peau.Un duo exceptionnel de beauté attendra le public au temple de Junas ce vendredi 24 juillet.
Pas encore d'album existant pour ce duo hors du temps, un moment unique pour les entendre donc !

21h00 dans les Carrières 

TIGRAN HAMASYAN TRIO invite MATHIAS EICK "Mockroot"     Arménie / USA / Norvège

Tigran Hamasyan : piano, Mathias Eick : trompette, Sam Minae : basse, Arthur Hnatek : batterie

Date unique en France cet été !!

Avec l'album solo "A fable" (son 4ème), le pianiste arménien Tigran Hamasyan dépassait en 2010 le statut de jeune prodige (prix Thelonious Monk à 19 ans) s’imposant comme une personnalité exceptionnelle du jazz contemporain.

Outre sa virtuosité c'est sa faculté unique à marier avec génie musiques classiques ou contemporaines, airs traditionnels, rock voire électro. Une alchimie implacable qui semblait culminer sur "Shadow Theater" en 2013 où folk arménien, boucles électroniques, voix envoûtantes et énergie indie-rock, rivalisaient avec les mélodies de Tigran. 
Pour "Mockroot", Tigran signe sur le prestigieux label newyorkais  Nonesuch. Ici se succèdent, parfois au sein d'un même titre,  ballades sensuelles ou mélancoliques, beats lourds et hypnotiques, tourbillons frénétiques de notes chantantes, jazz fusion rock et douceur de voix célestes.
Sur une proposition de Tigran, on retrouvera Mathias Eick en invité sur ce trio ! Véritable fil rouge cette année sur le festival, ce trompettiste pourra dévoiler tout son talent tout au long de ces 3 derniers jours de festival.

22h30 dans les Carrières 

MAGNUS ÖSTRÖM QUARTET"Searching for Jupiter" Suède
Magnus Öström : batterie, Thobias Gabrielson : basse, Andreas Hourdakis : guitare, Daniel Karlsson : piano, claviers

Magnus Öström est le batteur de la formation légendaire EST. Il présentera son dernier album "Searching for Jupiter" (Act), une combinaison de jazz et d’éléments de rock électronique et progressif, sans oublier le groove unique de ce percussionniste.
On y retrouve toujours un sentiment de nostalgie sur certains titres cependant Öström a désormais crée des liens solides avec de nouveaux musiciens, le guitariste Andreas Hourdakis, le bassiste Thobias Karlsson et le pianiste Daniel Karlsson. Ensemble, ils se sont orientés vers un jazz progressif, influencé par le rock.

On peut même  entendre sur And The Air It Moves par exemple, des sonorités qui rappellent les Pink Floyd. Cet album est teinté d’optimisme : les mélodies y  jouent un rôle important Offbeatlaten, et l'on peut parfois entendre des thèmes ensoleillés Happy And The Fall, c’est d’ailleurs vers la lumière que se termine cet album avec, At The End Of Eternity.

 Tarif soirée : 26 euros (Tarif plein), 21 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans

Billetterie en ligne

Souvenirs de Jazz à Junas de mercredi le 22 juillet

20150722 junas gerard pluie pansanel 02 par zimprod

mercredi 22 juillet 2015

FESTIVAL 2015 : Jeudi 23 Juillet à JUNAS

16h30 à la Mairie de Junas, tarif unique 4 euros
L’esprit de Don Real : Guy Lochard
Don Cherry est une figure majeure du jazz contemporain. Le saxophoniste Doudou Gouirand a croisé son chemin alors qu’ils résidaient tous les deux en Suède au début des années 70. Après être devenu son voisin et ami, il a été son compagnon de scène durant plusieurs tournées. Il a créé, il y a deux ans, un groupe, « Doudou Gouirand/Michel Marre Art Deco, a tribute to Don Cherry » associant également le batteur-percussionniste Denis Fournier et le contrebassiste Guillaume Séguron. Interprétant plusieurs de ses thèmes, cette formation est animée par l’esprit d’ouverture culturelle et de liberté qui caractérisait la musique de ce trompettiste, à base d’improvisation et de don de soi. Le film fait partager cette aventure musicale, des répétitions à différents concerts dont l’un au Festival Jazz à Junas en 2014.

18h00 au Temple de Junas, entrée libre                                                                                           
PALOMAR TRIO Languedoc-Roussillon

Daniel Malavergne : tuba, Patrick Vaillant : mandoline, Frédéric Cavallin : batterie

Palomar est un power trio de série B.
Palomar aime l'exercice de mémoire : bal, passe-rue, fanfare, il en fait son puzzle. Palomar aime jouer sur les lieux communs, dans tous les sens du terme, les places publiques et les clichés :
Vous voyez un tuba, vous souriez fanfare !
Vous voyez le batteur prendre ses balais, vous chuchotez jazz !
Vous voyez une mandoline, vous rêvez gondole ! Palomar vous répond oui ! mélangera vos cartes postales.
A vous d'imaginer autre chose, Palomar vous déprogramme, vous et le concert. Palomar n'hésitera pas à le contaminer de palabre, de java, de sérénade, et d'imprévu.
Création issue des résidences mises en place par le Collectif Jaz en L'R et Jazz à Junas avec le soutien de la Région et la Drac Languedoc-Roussillon.
Spectacle qui reçoit le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon

21h00 dans les Carrière

Suède / Allemagne / Cuba
Martin Tingvall : piano, Omar Rodriguez Calvo : contrebasse, Jürgen Spiegel : batterie

Rien d’étonnant à ce que la formation qui entoure le pianiste suédois Martin Tingvall soit, depuis ses débuts, régulièrement comparée avec l’Esbjörn Svensson Trio (E.S.T.). Car le son du groupe, d’une homogénéité unique, flirtant volontiers avec les genres populaires, a cette singularité qui permit à E.S.T. de conquérir le monde.

Le Tingvall Trio basé à Hambourg combine des éruptions d’énergie inattendues et des mélodies tellement touchantes et authentiques qu’elles vous désarment d’emblée. Leur musique, au carrefour du jazz et du rock, suggère presque instantanément une foule d’images, des paysages scandinaves perdus dans le brouillard aux vagues venant s’écraser contre les falaises, en passant par l’imitation à s’y méprendre de fascinants personnages. Leur dernier CD « Beat », a valu au Tingvall Trio un « Echo » récompensant le meilleur ensemble allemand de jazz.
Un groupe devenu essentiel sur la scène internationale, et un vrai coup de cœur !

22h30 dans les Carrières  
invite MATHIAS EICK "Liberetto II"Suède / Angleterre / Norvège

Lars Danielsson : contrebasse, violoncelle, Mathias Eick : trompette, Jonas Östholm : piano, John Parricelli : guitare, Magnus Oström : batterie

Lars Danielsson est un contrebassiste, violoncelliste et compositeur bien connu et très admiré sur la scène internationale pour son jeu lyrique et son puissant sens du groove. Récemment, on a pu l’entendre sur le dernier album de Youn Sun Nah (Lento), dont il est également producteur.

Quand des musiciens parfaitement accordés, des âmes sœurs se trouvent,  ils ont tout intérêt à se serrer les coudes. Liberetto II en est la preuve vivante. Il y a trois ans, il a fondé un quartet avec l'ancien batteur d'E.S.T. Magnus Öström, le guitariste britannique John Parricelli, et le pianiste arménien Tigran Hamasyan. Cette formation a interprété les compositions et réalisé les idées musicales de Danielsson plus précisément que probablement tout autre ensemble auparavant.
Pour Junas, le quartet sera complété par le nouveau talent norvégien Mathias Eick, trompettiste invité sur Liretto II qui apporte encore plus de magie et de beauté à ce quartet déjà fantastique. A ne pas rater !
"Lars Danielsson, le minimalisme exaltant. [...] Liberetto est passionnant, onirique, et incarne avec éloquence la force tranquille du jazz européen."  Les Inrockuptibles

Tarif soirée : 26 euros (Tarif plein), 21 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans

Billetterie en ligne

mardi 21 juillet 2015

FESTIVAL 2015 : Mercredi 22 juillet à JUNAS

16h30 à la Mairie de Junas, tarif unique 4 euros 
Northern sounds, Un film d' Alain Boegner et Sébastien du Petit Thouars, Documentaire, France, 2011, 106 minutes
Ce documentaire est un road trip musical à la rencontre de musiciens de la scène scandinave. Sur une période d’un an les réalisateurs ont filmé et interviewé plus d'une trentaine d’artistes norvégiens, suédois, finlandais, danois ou islandais dans des styles aussi variés que la pop, le métal, l’électro, la folk, le jazz ou le rock. Parmi les artistes qui ont participé à l'aventure figurent Neneh Cherry et son groupe Cirkus, Peter Van Poehl, Junip (feat. Jose Gonsalez), Bugge Wesseltoft, Mari Boine, Who made who, Thomas Dybdahl, Gus Gus, Finntroll et bien d'autres.

18h00 au Temple, entrée libre 
Eve Risser : piano, voix, Yuko Oshima : batterie, voix
Le Donkey Monkey, animal surréaliste à 12 tentacules qui passe jazz, pop et musique contemporaine à la moulinette, version boogie-woogie. Ce duo dessine une moustache à l’encre sur le visage des musiques créatives internationales. Yuko Oshima, issue de la vibrante scène rock japonaise, Eve Risser, avec ses doigts de pianiste explorant les profondeurs du jazz et des musiques contemporaines, se sont trouvées à Strasbourg pour donner naissance à cette créature : la « Donkey Monkey ».
«Indescriptible, tantôt très fine et subtile, tantôt radicalement chaotique, la musique contemporaine des Donkey Monkey allie recherche jazz et puissance rock.» Dernières nouvelles d’Alsace

21h00 dans les Carrières    

BIG CITIES    Languedoc-Roussillon
Gérard Pansanel : guitare électrique, effets, Rémi Ploton : clavier, electronics, Patrice Héral : batterie, electronics
Big Cities, tout nouveau projet électrique et électronique du guitariste Gérard Pansanel, en compagnie du talentueux jeune pianiste-organiste Rémi Ploton et du complice batteur et magicien des sons Patrice Héral. Ces trio part à la recherche d’une inspiration urbaine, parfois sauvage ou méditative, procurée par des ambiances de grandes métropoles, traversées au gré de tournées ces trente dernières années par Patrice et Gérard notamment, de Barcelone à Cheng Du en passant par Los Angeles, Dakar, Rome etc… Un équilibre entre improvisation instantanée et écriture.
Création issue des résidences mises en place par le Collectif Jaz en L'R et Jazz à Junas avec le soutien de la Région et la Drac Languedoc-Roussillon.

Spectacle qui reçoit le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon 

22h30 dans les Carrières

Jamaïque / Norvège
Datte unique en région cet été !!!

Sly Dunbar : batterie
Robbie Shakespeare : basse
Nils Petter Molvaer : trompette
Eivind Aarset : guitare
Jan Bang : samples, claviers

Sly & Robbie, la section rythmique jamaïcaine plusieurs fois récompensée aux Grammy Awards, sera sur scène avec le pionnier de l’électro-jazz et virtuose de la trompette Nils Petter Molvaer ainsi que leurs comparses Eivind Aarset et Jan Bang ! Un concert unique qui réunira la rythmique légendaire de Bob Marley et la fine fleur de la scène norvégienne dont l'incontournable trompettiste Nils Petter Molvaer.
Autodidacte ouvert à toutes les musiques, rocker dans l’âme, il a toujours gardé foi dans son instrument pour créer un style unique. Trompettiste inspiré par Miles Davis et Jon Hassel, il déploie un son cristallin percutant et ailé dans un paysage où se brouillent les pistes électro-techno-acoustiques.
Nils Petter Molvaer déjà présent à Junas en 1999 pour un magnifique concert (un de ses premiers en France), s’est emparé de l’appareillage techno pour offrir au jazz de nouvelles perspectives (Khmer 1997). Ce pionnier de la fusion entre électronique et acoustique est encore une fois par cette rencontre avec une des plus célèbres rythmiques mondiales venue de la Jamaïque et du Reggae, au cœur de cette exploration.
Quel bonheur en perspective !

Tarif soirée : 26 euros (Tarif plein), 21 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans

Billetterie en ligne

lundi 20 juillet 2015

FESTIVAL 2015 : Mardi 21 juillet à JUNAS

Soirée Concert + Cinéma !!

20h00 Place de l'Avenir à Junas, tarif unique 10 euros soirée complète

PIERRE COULON CERISIER QUARTET "Blues and Rythm"                 Languedoc-Roussillon, France
      En partenariat avec le Festival Radio France de Montpellier
Pierre Coulon Cerisier : piano, Géraldine Laurent : saxophone, Michel Altier : contrebasse, Joël Allouche : batterie

“Blues and Rythm”, quatrième programme en quartet de Pierre Coulon Cerisier, après ceux avec Glenn Ferris (Et Hup ! - 1992), Pierre Diaz (Shiba), Jean Marc Padovani (Bleu comme le ciel - 2004). Aujourd’hui ce sont Géraldine Laurent, Joël Allouche et Michel Altier qui sont invités à jouer ce nouveau programme de compositions originales.
Dynamique et colorée leur musique mélange un jazz de forme classique et une expression improvisée des courants contemporains. Une création issue des résidences portées par Jazz à Junas et le Collectif Jazz en L'R que nous sommes heureux de retrouver à Junas pour cette première soirée à Junas au cœur du village!
Création issue des résidences mises en place par le Collectif Jazz en L'R et Jazz à Junas avec le soutien de la Région et la Drac Languedoc-Roussillon.

Spectacle qui reçoit le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon 

22h00 Place de l'avenir sur écran géant    

Valse pour Monica de Per Fly, 2014 (1h51 min)

Au début des années 60, Monica, une jeune suédoise déterminée à devenir une icône du jazz, se lance dans la carrière de ses rêves qui la mènera de Stockholm à New York. Elle y côtoiera Miles Davis, Ella Fitzgerald, ou encore Bill Evans, qui adaptera pour elle son immense succès : "Waltz for Debby".
"Valse pour Monica" est l'histoire vraie de Monica Zetterlund, légende suédoise du jazz, qui sacrifia son rôle de mère et sa vie amoureuse à sa quête de consécration.

Petite restauration et buvette sur place !

 Tarif soirée : 10euros (Tarif unique), gratuit moins de 16 ans

 Billetterie en ligne

dimanche 19 juillet 2015

Le pianiste John Taylor vient de nous quitter

John Taylor et Stéphane Kerecki au Temple de Junas  pendant le Festival de 2013; photo Jeanne Davy

Le pianiste John Taylor est mort

Le |  • Mis à jour le  | Par 
à partir de 1
 Réagir Classer
Partager   google + linkedin pinterest
Hospitalisé depuis vendredi 17 juillet au CHU d’Angers (Maine-et-Loire), où il avait été admis après un infarctus survenu alors qu’il jouait au festival Saveurs Jazz, à Segré, le pianiste britannique John Taylor est mort samedi 18 juillet.
Né le 25 septembre 1942 à Manchester, John Taylor aura été, tant comme interprète que comme enseignant (Collège de musique de Cologne, York University…), un musicien respecté et loué, personnalité discrète portée par une passion de chaque instant pour la musique. Il avait découvert le jazz dans sa jeunesse, en particulier à l’écoute des pianistes Oscar Peterson (1925-2007) et Bill Evans (1929-1980).
Musicien en partie autodidacte, il s’était installé à Londres au début des années 1960. Il joue d’abord en trio, sans être totalement décidé à abandonner un poste de fonctionnaire. Le déclic se fera lorsqu’il rencontre et joue notamment avec le contrebassiste Dave Holland, le tromboniste Malcolm Griffiths, les saxophonistes John Surman et Alan Skidmore, le trompettiste Harry Beckett (1935-2010)…
Les premières traces phonographiques de John Taylor remontent à 1969, sur les albums de Skidmore (Once Upon a Time) puis de Surman, avec qui il enregistre aussi en grande formation How Many Clouds Can you See ?, publié en 1970. Le jazz britannique est alors en pleine effervescence, en partie sous influence free jazz. Tout en travaillant régulièrement avec Surman et les musiciens dans son orbite ou celle du pianiste Mike Westbrook, John Taylor monte un trio avec le batteur Tony Levin (1940-2011) et le bassiste Chris Laurence.
Il enregistre avec eux son premier album, Pause, and Think Again, qui sort en 1971, auquel participent aussi le trompettiste Kenny Wheeler (1930-2014) et la chanteuse Norma Winstone. Avec Wheeler et Winstone, John Taylor formera à la fin des années 1970 le trio Azimuth, qui durera une vingtaine d’années, enregistrera cinq albums pour le prestigieux label ECM et reste l’une des formations les plus réputées de Taylor.

De l’intime au débridé

Au début des années 1980, il est devenu l’un des musiciens britanniques les plus sollicités sur la scène européenne, pour son travail harmonique, avec des renversements d’accords et des combinaisons inventives, son lyrisme, sa manière de passer de l’intime au plus débridé, son approche percussive du clavier. Il joue et enregistre avec le saxophoniste Jan Garbarek, le trompettiste Enrico Rava, le bassiste Miroslav Vitous, toujours avec Surman et Wheeler, tout en menant ses propres formations, dont Azimuth, écrit des œuvres chorales et des arrangements pour grande formation. Il avait aussi participé au dernier album du groupe Soft Machine, en 1981, alors mené, dans une direction jazz-rock, par le claviériste Karl Jenkins et le batteur John Marshall, avec lequel Taylor avait joué à la fin des années 1960.
Dans les années 1990, il est au sein du trio du batteur Peter Erskine avec le contrebassiste Palle Danielsson (quatre albums, toujours chez ECM), enregistre un sommet de sa discographie Ambleside Days (1992) en duo avec Surman, se produit aussi en solo, même si la forme du trio piano-basse-batterie reste sa préférée en petite formation. Ainsi dans les années 2000, celui avec le contrebassiste Marc Johnson et le batteur Joey Baron puis avec Palle Danielsson et le batteur Martin France (trio particulièrement inspiré dans les albums Angel of the Presence, en 2006, et Whirlpool, en 2007).
En 2012, la BBC avait commandé à John Taylor, pour fêter ses 70 ans, une suite orchestrale consacrée à l’écrivain américain Kurt Vonnegut Jr. (1922-2007). L’un de ses derniers disques avait été l’album Nouvelle Vague (OutNote Records, 2014), au sein du quartette mené par le contrebassiste Stéphane Kerecki (avec qui il avait déjà enregistré en duo en 2011). C’est avec la musique de cet hommage aux compositeurs de films de la Nouvelle Vague et ce quartette que l’on aura entendu, à Segré, les dernières notes de John Taylor.
25 septembre 1942 Naissance à Manchester
1964-1965 Débuts professionnels à Londres
1969 Enregistre avec le saxophoniste John Surman, début d’une longue collaboration
1971 Premier album sous son nom « Pause, and Think Again ». Début d’une autre collaboration régulière, celle avec le trompettiste Kenny Wheeler
1977 Création du trio Azimuth avec Wheeler et la chanteuse Norma Winstone
Depuis les années 1980 Nombreuses formations dont plusieurs trios piano-basse-batterie
18 juillet 2015 Mort à Angers (Maine-et-Loire) après un infarctus lors d’un concert à Segré