lundi 27 juin 2016

Concert Les Petits Loup de Jazz à Junas du 18 juin 2016


20160618 saison junas concert les petits loups... par zimprod

Concert FREE RIVER à Allègres Les Fumades mardo 5 juillet à 21h

Mardi 5 juillet 2016 à 21h00
Allègres les fumades
FREE RIVER
FREE RIVER
Emma Lamadji (chant), Matia Levréro (guitare), Maxime Rouayroux (batterie), Joan Eche Puig (contrebasse, basse), Samuel Mastorakis (vibraphone).
Emma Lamadji est imprégnée depuis toujours de negro spiritual. Servie par une voix profonde, riche de nuances, et par une très belle présence scénique, elle restitue toute la profondeur et la force des anciennes mélodies du répertoire. Matia Levréro, guitariste compositeur et arrangeur est un artiste ouvert sur le monde, sans idées préconçues, il ne se laisse guider que par ses émotions... et la rencontre avec Emma Lamadji a été riche en émotions.
Free River est ainsi né d'un désir mutuel de rapprocher les deux univers. Pour Matia Levréro, c'est l'envie de travailler à partir de l'énergie pure qui se dégage de la voix et des mélodies, pour alimenter son imaginaire créatif. Pour Emma Lamadji, c'est le désir d'ouvrir son horizon vers un univers musical nouveau, nourri à la fois de Soul, de World, de Jazz, de Gospel, de Pop...

Tarifs : 4 € (théâtre de verdure, à Allègre)

mercredi 22 juin 2016

Invitation Vernissage Sun Ra à l'hôtel Impérator Nîmes


INVITATION VERNISSAGE
 Exposition SUNRA "My playlist"
le Jeudi 23 juin à 18h30Hôtel Impérator
Artiste contemporain installé à Montpellier, le travail de Sunra se nourrit d’influences orientales, de musique jazz, de soul, de hip hop, de peinture contemporaine et de streetart.
Avec son exposition “My Playlist”, l’artiste Sunra nous plonge dans son univers musical où chaque oeuvre fait référence à un artiste et un morceau l’ayant influencé durant son parcours artistique. Il aime naviguer entre le jazz, la bossa nova, la musique orientale, le hip hop et le groove.
Artiste qui a réalisé l'affiche du festival Jazz à Junas 2016. 
Vous pourrez retrouver deux expositions de Sunra durant “Les Belles Rencontres du Jazz 2016” à Nîmes Hôtel IMPERATOR du 23 juin au 8 septembre et à Montpellier chez Sauramps Odyssée du 1er juillet au 31 août. www.sunra.net
Renseignements : 04 66 80 30 27 www.jazzajunas.fr

lundi 20 juin 2016

C’EST ÉTUDIÉ POUR : LE SAXO par Citizen Jazz

TRIBUNE

C’EST ÉTUDIÉ POUR : LE SAXO

Une série sur les instruments sans lesquels…

Photo : Michael Parque
Dans notre série « C’est étudié pour » (dédiée au grand Fernand Raynaud dont les carrières de jazzeux, luthier et facteur furent aussi essentielles que discrètes), aujourd’hui : Le Saxo
On associe facile jazz et saxo. C’en est devenu l’instrument emblématique. On a tous entendu avec consternation et/ou attendrissement les gammes balbutiantes qu’ont exécutées les jeunots Armstrong (Louis), Ellington (Edward), Davis(Miles) ou Michelot (Pierre) sur l’instrument avant de reconnaître que c’était pas vraiment leur truc et de passer à autre chose. Pourquoi donc cet engouement ?
Faut dire qu’au départ c’était pas évident. Pour les moules ou les frites, on sait pas trop, pour la Gueuze il n’y a pratiquement aucun doute, mais le saxo, ça c’est sûr, c’est belge ! 
Vous en connaissez beaucoup, des instruments de musique belges ? 
Ça fait pas sérieux, et pourtant. M. Sax s’appelait Antoine-Joseph dit Adolphe (et pas Adolf), n’est pas né en Autriche-Hongrie mais à Dinant (si, c’est en Belgique, pas en Bretagne), ne portait donc pas de chapeau rond, pas de chemise brune non plus et son combat fut d’imposer son instrument au firmament musical. Un instrument en laiton dans la famille des bois, y’a qu’un Belge pour y penser et y arriver. Souffler (sans trop postillonner) dans ce tube en général tordu avec une lamelle de roseau (anche) qui vibre sur les lèvres, une vraie torture, la Sainte Inquisition entre les beffrois de Bruges et Gand, tu parles d’un effroi ! Sans parler des clés, pire qu’un trousseau de maton. 
Le saxophone a donc été inventé par monsieur Sax, contrairement au téléphone qui ne doit rien à monsieur Télé.
Francophone signifie « qui parle une des multiples variantes du français » ; que parle le saxophone ?
Cet instrument se décline (sans jamais décliner) en une riche gamme : soprano (une sorte de clarinette métallique), ténor (un long S métallique), alto (le même mais un peu plus court), baryton (toujours plus long et avec une petite boucle en rab), basse (encore plus long, plus lourd et avec une boucle plus grande) ; voilà pour les plus courants, mais y en a d’autres.
Accompagné de son pote Magritte, M. Sax présenta une première série d’instruments à Hector Berlioz (ceci est un saxophone) – qui en loua [1] le son mais n’en fit pas un usage immodéré — puis s’en bricola une autre, plus populaire, qu’il destinait aux fanfares, militaires ou autres (commémorations diverses, événements festifs, enterrements, carnavals…). 
La very bonne idée qui fit un véritable tabac (comme les blagues… belges !).
Or, au même moment (ou un petit peu plus tard, ne chicanons pas), dans un rade craignos de la pécheresse Storyville, naissait une musique qu’on baptisa Jass (nom d’origine mal établie auquel presque personne n’hésite à accorder de fortes connotations sexuelles). Un certain Ferdinand Joseph Lamothe, alias Jelly Roll (encore un jeu de mots cochon) Morton s’en prétendit le père mais sans test officiel de paternité. Quoi qu’il en soit, les deux s ayant mauvaise presse (CRS/SS) on les renversa et c’est donc le Jazz qui put commencer sa vie.
Comment ces deux mondes ont-ils bien pu se rencontrer ? 
Gloire soit rendue à la fanfare, la cheville ouvrière. Les ouragans aussi dévastateurs que récurrents fouaillent depuis longtemps La Nouvelle Orléans (New Orleans en V.O) qui, à défaut de véritables aides fédérales, leur a toujours opposé ses fanfares légendaires. Storyville appartenant à N.O, la logique et le miracle ont fait le reste. Les fanfares locales adoptent et popularisent le saxo, les proto jazzmen l’entendent, s’en emparent et s’en parent.
Après cette brillante démonstration, le petit exo du jour : √((sax× belge) )2 + jazz = ?
Pour les feignants et non matheux, reste toujours la possibilité d’aller voir le corrigé pp. 23 et 24 du livret d’accompagnement du disque European Cool Jazz CD1 et d’écouter les pistes (ou plages, ça dépend de la saison) 2, 3, 4, 5 et 7 d’icelui. 
Vous avez trouvé ? Je le savais ! Vous le saviez, BRAVO !… 
Eh oui, c’était Bobby Jaspar (et pas Jazzpar comme le lui avait suggéré son directeur artistique). Bien ; ceci dit il vous est tout à fait loisible (c’est même recommandé) d’écouter le disque en entier et dans la foulée le CD2. Pour enrichir (ou rafraîchir) votre culture €péenne, faire chanter les oreilles, taper du pied et claquer des doigts. 
On pourrait objecter que ce jazz européen manquait un peu de personnalité (le fera-t-on ?), mais une personnalité ça se construit, ce qui demande du temps. 
Allons, ne boudons pas notre plaisir. Een vriendelijke veiligheid, un salut amical (en flamand ?) et crêpé à Bruxelles, une fois !

mardi 14 juin 2016

Les petits Loups de Jazz à Junas ; samedi 18 juin à 18h à Junas



LES PETITS LOUPS DE JAZZ A JUNAS à JUNAS & FETE DE LA MUSIQUE

David Eskenazy, contrebasse, guitare; Pascal Corriu, guitare; Colin Delzant Petitpoisson, violoncelle

Les Petits Loups de Jazz à Junas ont commencé il y a 9 ans déjà ! En 2016, les élèves et les professeurs ont souhaité poursuivre le travail réalisé l’an passé avec David Eskenazy pour intégrer les pratiques du Circle Song. Ils écrieront leur texte, les mettront en voix et intégrerons les élèves de l’école L’Ile Verte de Calvisson à leur spectacle jazz et bossa nova.

Ce concert sera l’ouverture de la fête de la musique organisée par la mairie de Junas et ne sera que le début des réjouissances ! 

GRATUIT POUR TOUS !! Buvette et petite restauration sur place

samedi 11 juin 2016

L'association JAZZ A JUNAS et les Petits Loups des Voix reçus à l'Elysée le vendredi 10 juin 21016


L'association JAZZ A JUNAS et les Petits Loups des Voix reçus à l'Elysée !


L’association Jazz à Junas et les Petits Loup des Voix reçus et l’Elysée ce vendredi 10 juin !
Une journée inoubliable pour les enfants, les enseignants, Mme le Maire de Lodève, Mme la Directrice de la DAAC du Rectorat de Montpellier, ainsi que le Président et le Directeur de Jazz à Junas, réunis autour du Président de la République à L’Elysée pour la remise des prix de L’audace Artistique et Culture 2016. Ce moment privilégié a permis de pouvoir discuter et échanger avec les trois Ministres présentes : Mme Najat Vallaud Belkacem, Ministre l’Education Nationale, Mme Audrey Azoulay Ministre de la Culture et Mme George Pau-Langevin, Ministre de l’Outre-Mer, autour du projet des Petits loups des Voix et du Festival Jazz à Junas.
Une reconnaissance très importante pour les projets de l’association Jazz à Junas. Les rendez-vous ont été pris pour que Mme la Ministre de la Culture et Mme la Ministre de l’Outre-Mer puissent venir découvrir le festival en juillet à Junas entre le 15 et le 23 juillet et l'invitation a été faite bien sûr au Président de la République !

mercredi 1 juin 2016

Jazz rebelle et beaux joueurs


Plusieurs sorties inclassables entretiennent chez nous le goût pour une musique d’ivresse libre, hors-courants, actuelle, voluptueuse.
François Cotinaud ouvre les formes depuis des années. Le trio de la formation Algèbre (Daniel Beaussier aux bois, Pierre Durand à la guitare) embarque régulièrement des fieffés galopins (comme Denis Charolles, François Merville et Bruno Chevillon). Des chenapans qui ne gardent pas l’instrument dans la poche. Chaque porte emmène sur des surprises. Le décalage non-conventionnel et systématique maintient cependant un équilibre permanent de l’expression, souci d’identité et de beauté à la clé. Bois et vents dansent sur les chapiteaux multicolores de Pierre Durand. François Cotinaud a suivi les cours d’improvisation d’Alan Silva, Jo Maka, Jimmy Lyons, Cecil Taylor, Archie Shepp, Steve Lacy, Lee Konitz, Paul Motian, Joe Lovano, Kenny Wheeler, Steve Coleman, Joëlle Léandre, et Bojan Z. Des cours où l’on apprend à faire l’école buissonnière, la vraie.
CD François CotinaudTopologie d’un Manège (MUSIVI)
Sébastien Paindestre sort en juin l’album Paris. Le pianiste revient au trio, quelques mois après l’enregistrement du quartet américain Atlantico (CD Rouge), un concentré d’inspiration et de frisson (Dave Schroeder aux saxophones; Bill Drummond à la batterie; Martin Wind à la basse). Les six titres du projet que Paindestre entretient depuis 16 ans renouent avec la qualité et la fraîcheur qui ont marqué la soirée du Duc des Lombards de 2010 (à l’arrivée excellent CD Live). Avec les deux fidèles compagnons depuis 16 ans : Antoine Paganotti et Jean-Claude Oleksiak, le leader mélange la fluide écriture et les impros généreuses pour l’esthétique électrique réussie de quelques pièces au Rhodes. On reste sous le charme de l’invité sur un titre (Round Radiohead), le saxophoniste classique Nicolas Prost.
CD Paris (La Fabrica’son/MUSEA)
Concert de lancement du Trio le 25 juin Autour de Midi (Paris 18)
Concert d’Atlantico le 4 juin au 45° Jazz Club (Paris)
Bruno Tocanne et Bernard SantaCruz (respectivement batteur et contrebassiste), se permettent d’enfanter une nouvelle extase à l'Escalator Over The Hill, le monument de Carla Bley datant de 1972 (avec la bénédiction de la compositrice, celles du bassiste Steve Swallow, son complice, enfin la permission de Karen Mantler). L’EOTH, selon le jargon autorisé, date de 1972. Faut-il en avoir eu du courage pour oser monter le projet! Et du talent pour l’escalader par un versant qui instille les tensions de la vie contemporaine! Car si la partie de piano paraît respectée, les choix imprévisibles du collectif en revanche flirtent avec les lignes. L’esprit règne sur le son de l’orchestre. «La combinaison réussie de l’ancien et de l’actuel, du contrôle et de l’abandon, du réalisme et de l’abstraction», leur a exprimé Carla, bluffée, après le concert de Nevers. On aurait pas mieux tourné la formule...
CD Bruno Tocanne et Bernard SantaCruzOver The Hills (IMR/MUSEA)
Clotilde Rullaud et Alexandre Saada. La chanteuse et le pianiste atterrissent dans un bien confortable OVNI. Persuadés que poésie et musicalité naissent pour épouser le silence, le duo appliquent le précepte à plusieurs standards américains. A l’arrivée, on ne se lasse pas du disque ensorcelant, envoûtant, hypnotique, doublé de l’hommage déclaré à plusieurs vocalistes engagées (Nina Simone, Billie Holiday, Mimi Farina, Janis Joplin, Janis Ian). La palette variée de Rullaud et la subtilité de Saada épatent dans une alchimie pour le moins originale.
CD et Clotilde Rullaud, Madeleine et Salomon : A woman’s Journey(Promise Land/ SOCADISC)
Julien Deprez, Benjamin Duboc, Julien Loutelier régalent deTournesol, performance dans les contrées où le bruit fricote avec la musique. On ne savait pas que les grincements et autres expressions des métaux de l’instrument pouvaient aussi heureusement rencontrer le lyrisme. Car le tableau s’avère aussi séduisant qu’une couche de mousse verte sur un rocher au bord d’une cascade. Guitare, contrebasse et percussions partent fringants en exploration sur des territoires aux contours inattendus. Tellurique!
CD Julien Deprez, Benjamin Duboc, Julien Loutelier, Tournesol (Dark Tree)