jeudi 12 octobre 2017

FRANCK WOLF / MIEKO MIYAZAKI + Funambule Trio feat Alouar Idir

Vendredi 10 novembre 2017 à 20h30
Allègre les fumades, Maison de l'Eau
FRANCK WOLF / MIEKO MIYAZAKI + Funambule Trio feat Alouar Idir
FRANCK WOLF et MIEKO MIYAZAKY “Daikin”Fortement ancré dans l’échange au détour d’une rencontre insolite, le duo constitué par Mieko MIYAZAKI et Franck Wolf témoigne d’une originalité rare et d’une complicité qui ne peut laisser insensible. Dans leur musique, les frontières n’existent pas. Seule leur envie inépuisable de découvrir et d’explorer, les amène à traverser les différents univers qui les constituent intrinsèquement. Les mélopées inspirées du saxophone viennent ainsi flirter avec l’envoûtante élégance du koto, tandis que la musique écrite dialogue avec l’improvisation en toute liberté. A la vue de la brillante carrière des deux protagonistes, nous comprenons bien pourquoi l’alchimie qui ressort de leur rencontre parait être une évidence. Le temps d’un concert, ce duo nous emmène vers un moment précieux, tout en finesse et en générosité. Un moment où les langages s’entremêlent pour créer un univers rempli de lyrisme et d’émotions uniques. FUNAMBULE TRIO & ALAOUA IDIR “Nomades”Avec cette formule inhabituelle qui réunit flûte traversière, saxophone et tuba, les membres de Funambule trio parient sur la légèreté complexe de leur réunion. Simplicité et sérieux, rêverie et exploration, le trio joue sur les contraires, et avec habileté, teinte parfois ses compositions d’une mélancolie tenace. Funambule Trio est en Résidence de création en 2017 en région Occitanie. Le groupe a été selectionné par OcciJazz pour son projet de création autour de la richesse des rencontres multiculturelles. Le trio invite le joueur de oud Alaoua Idir pour un nouveau programme intitulé “Nomades”. Ce projet est soutenu par Occijazz et a bénéficié à ce titre d'une résidence de création en 2017

mercredi 11 octobre 2017

GRADY TATE, BATTEUR DE JAZZ ET GRANDE VOIX MÉCONNUE, DISPARAÎT

http://next.liberation.fr/musique/2017/10/11/grady-tate-batteur-de-jazz-et-grande-voix-meconnue-disparait_1602383
Grady Tate en 1970.

vendredi 8 septembre 2017

Nîmes 2017 Jazz Festival

http://jazz-festival.nimes-metropole.fr/nc/evenements/page/0.html

mercredi 23 août 2017

John Abercrombie vient de nous quitter à l'âge de 72 ans

Jazz guitar great John Abercrombie

Guitarist John Abercrombie, a supremely eloquent and lyrical player whose career over the last four decades included seminal jazz fusion music and eminently refined ECM albums alike, died Tuesday of heart failure. He was 72.
Abercrombie had had health problems in recent years, including a stroke earlier this year.
Born in Port Chester in Westchester County, New York in 1944, Abercrombie did not begin playing guitar until he was 14. A few years later, in 1962, he attended the Berklee College of Music. His breakthrough album was the 1975 ECM disc Timeless, which featured him with drummer Jack De Johnette and keyboardist Jan Hammer. Abercrombie would record more than 30 records as a leader, the bulk of which were on ECM, including this year’s album Up and Coming, which featured him with his latest working band, which included pianist Marc Copland, bassist Drew Gress and drummer Joey Baron.

vendredi 18 août 2017

Junas (1) : quand un festival de jazz fait carrière

Junas, un festival qui fait carrière dans un village au milieu des vignes du Gard. Une asso, un trio de programmateurs, deux salariés sur l’année. Une extension vers un autre village, Vauvert. Un jazz à thème avec vocation d’ouverture. Quelques principes simples énoncés parStéphane Pessina-Dassonville, président de l’association Jazz à Junas.

par 

Junas (2): Danilo Perez, John Patitucci, Brian Blade, tour de magie dans les Carrières


La prêtresse haïtienne vient juste d’achever un épisode d’incantation vaudou. Un responsable du festival lui glisse un mot à l’oreille. Aussitôt une caméra franchit la porte du Temple. Au beau milieu de son concert, surprise mais pas déroutée, Moonlight Benjamin répond en direct, à l’aveugle, au présentateur du JT régional de France 3 Occitanie.
Moonlight Benjamin (voc), Mark Richard (elb), Matthis Pascaud (g), Claude Saturne (congas)
Temple
Antonio Sanchez (dm), Seamus Blake (ts, EWI), John Escreet (p), Matt Brewer (b), Than Alexa (voc)
Danilo Perez (p), John Patitucci (b), Brian Blade (dm)
par 

Junas (3): La « battle » jazz d’Emile avec ses solistes guerilleros

Ibiza plage, composition enlevée de Joachim Kühn démarre l’air de rien. C’est sans compter sur l’envie soudaine, éruptive, contagieuse des solistes. Une colonne d’air de folie souffle sur la scène. Un orage de notes explosives secoue les pierres des Carrières. Portal, Parisien, Codjia, Kühn guerrilleros jazz font la battle. Les photographes mitraillent à gogo.
Emile Parisien (ss), Michel Portal (bcl), Manu Codjia (elg), Joachim Kühn (p), Simon Taille (b), Mario Costa (dm)
Manu Katché (dm), Alex Tassel (bugl), Stéphane Chausse (as), Jim Watson (p, elp, keyb), Jérome Regard (b)
par 

lire la suite: http://www.jazzmagazine.com/junas-3-battle-jazz-demile-solistes-guerilleros/

samedi 22 juillet 2017

Samedi 22 juillet 2017 à 21h00 Junas, Carrières de Junas



Trio Soleil (Nicolas, Troupé, Veras) + Chucho Valdés
TRIO SOLEIL invite Thomas Fontvieille Gouadeloupe, Brésil, France
Franck Nicolas : trompette, Sonny Troupé : batterie, Nelson Véras : guitare, Thomas Fontvieille : guitare électrique
Pour un problème de santé important Jacques Coursil ne pourra pas être présent sur ce festival 2017, nous venons de l'apprendre, et donc il est remplacé par le Trio Soleil qui invite Thomas Fontvielle. Ce trio Soleil réunit trois sensibilités extrêmes, qui s'enchevêtrent avec finesse dans un élan poétique exacerbé. Franck Nelson, et Sonny semblent évoluer au-dessus d'un nouveau monde. En quête d'absolu artistique, ils marquent un pas de plus sur "les terres vierges" d'une révolution musicale : le jazz ka. Ils ont choisi pour ce cnoncert d'invité le guitariste électrique Thomas Fontvielle présent sur l'album.

CHUCHO VALDES Cuba
Chucho Valdés joue avec les styles, bop, pop, son, mambo, classique, contemporain et ainsi de suite… Tout n’est finalement que matière à créer de la musique. Voilà pourquoi la loi des sacro-saintes catégories, les histoires de chapelles et les œillères des gardiens du temple, il s’en est affranchi avec style, le sien : une main de fer et un doigté de soie, qui peut caresser ou fracasser le clavier, tourner autour d’une simple ligne mélodique, décoller sur une danse rythmique ou partir dans des vertiges harmoniques. Impossible de cerner l’art de Chucho Valdés, « le pianiste le plus complet au monde », selon un magazine de référence dans le jazz. Un pur (impur ?) produit de l’école cubaine, il incarne ce qu’un autre Caribéen, le philosophe martiniquais Edouard Glissant, désigne par le Tout-monde. Une notion qui n’a rien à voir avec le conformisme de l’universel ni l’uniforme du métissage. Et à bien l’écouter, la musique de Chucho Valdés raconte autrement une même version du monde, ouvert par nature à l’autre, une « archipellisation » de la pensée qui invite à tracer des passerelles entre les mondes, à briser les murs des identités segmentées. Une fin de festival révée !!









prix entrée 27 euros