FESTIVAL 2017 à Vauvert et à Junas!


 
["JAZZ A JUNAS"] 
 
Saison JAZZ A JUNAS 2017
 

FESTIVAL JAZZ LE VIGAN

7 et 8 Avril 2017


Auditorium du Lycée André Chamson
 
 
 
 

FESTIVAL JAZZ au VIGAN 2017
 

Avec :
 
- Sylvain Rifflet Quartet
- Avishai Cohen Quartet
- Joël Allouche / Furio Di Castri / Jorge Rossy
- Jacky Terrasson / Stéphane Belmondo Duo
- The Gombo Revolution

et stage de jazz vocal 7 et 8 avril !
 
 
 
Tarifs : 25 € (tarif unique par soirée), gratuit moins de 16 ans
Pass 2 jours : 40 euros
Bar et petite restauration sur place
Renseignements et billetterie 04 66 80 30 27
sur www.jazzajunas.fr


 
 
 
www.jazzajunas.fr








Stages jeunes public



Junas un village JAZZ !!



FESTIVAL 2015 : Jeudi 16 Juillet à VAUVERT (Scamandre)

Trio Zéphyr + Symphonic Balzar

FESTIVAL 2015 : Vendredi 17 juillet à VAUVERT

Roberto Fonseca, Fatoumata Diawara, Conga Libre

FESTIVAL 2015 : Samedi 18 juillet à VAUVERT

Mike Stern et Didieir Lockwood, Airelle Besson et Nelson Veras, Didier Ithursarry

FESTIVAL 2015 : Mardi 21 juillet à JUNAS

Pierre Coulon Cerisier Quartet + Cinéma plein air

FESTIVAL 2015 : Mercredi 22 juillet à JUNAS

Sly and Robbie meet Nils Peter Molvaer, Gérard Pansanel Trio...

FESTIVAL 2015 : Jeudi 23 Juillet à JUNAS

Tingvall Trio, Lars Danielsson Group...

FESTIVAL 2015 : Vendredi 24 Juillet à JUNAS

Tigran Hamasyan Trio, Magnus Ostrom Quartet...

FESTIVAL 2015 : Samedi 25 Juillet à JUNAS

Bugge Wesseltoft, Erik Truffaz, Mathias Eick...























Le 21ème festival
aura lieu du 23 au 26 juillet 2014 !







Rencontre avec le Cercle Arctique, du 23 au 26 juillet
                       MERCREDI 23 JUILLET :
Vincent Peirani Solo
Doudou Gouirand / Michel Marre Quartet 
Youn Sun Nah Quartet

JEUDI 24 JUILLET :
Little Red Suitcase
Ulf Wakenius Trio
Tonbruket Quartet

VENDREDI 25 JUILLET :
Satu Niiranen
Magnus Ostrom Quartet
Erik Truffaz Quartet invite Torun Eriksen
SAMEDI 26 JUILLET :
Grand Ensemble Koa
Shono
Marc Ducret Quartet
Nils Landgren Funk Unit

Places d'ores et déjà disponibles à la vente  

        Billetterie en ligne          



FESTIVAL 2013


Samedi 13 juillet

17h00 au Temple
INAUGURATION des nouveaux vitraux du temple réalisés par DANIEL HUMAIR
L'association Jazz à Junas, la Mairie, l'ART et la Communauté Protestante auront l'honneur d'accueillir et de vous faire découvrir les nouveaux vitraux du Temple. Une œuvre réalisée par le batteur de renommée et peintre respecté Daniel Humair, en collaboration avec Eric Linard, grand spécialiste français de la sérigraphie et de la fabrication de vitraux contemporains, qui a aussi permis de réaliser ce projet remarquable. Le Temple de Junas fera partis des rares Temples français où les vitraux sont l'œuvre d'un artiste contemporain.

18h00 au Temple (gratuit)
GERARD PANSANEL et antonello Salis Duo Languedoc-Roussillon-Italie
                                                
Voilà plus de 20 ans, qu’en concert ou sur les albums Calypso, Cinecittà, Beatles Stories, Voices, Nino Rota / Fellini & Navigators, le languedocien Gérard Pansanel et le sarde Antonello Salis, tous deux natifs du signe du poisson, ont uni leur tempérament méditerranéen et généreux pour une musique colorée et vigoureuse. Tout au long d'un parcours, ils se sont produits ensemble ou séparément dans toute l’Europe, au Japon, USA et Canada, au Brésil, en Afrique et au Cap Vert, aux côtés de Chick Corea, Pat Metheny, Paolo Fresu, Archie Shepp, Billy Cobham, Michel Portal, Aldo Romano, Henri Texier, Richard Galliano et L’Orchestre National de Jazz…
2 jazzmen de talent au service d’un répertoire emblématique de la pop’rock ! 



Gérard PANSANEL : Guitare et Antonello SALIS : Piano

Mardi 16 Juillet 2013


18h00 au Temple (gratuit)
JOHN TAYLOR et STEPHANE KERECKI Angleterre / France
Longtemps partenaire de Kenny Wheeler, John Taylor est en compagnie cette fois-ci d'un jeune contrebassiste français qui monte ! (récent quartet avec Tony Malaby). Stéphane Kerecki est le compositeur du soir, pour une rencontre pas si courante ! Un duo d'une pure merveille, une musique lumineuse et pleine au bout des doigts de ces deux artistes dont la complicité n'est pourtant pas si ancienne (disque en 2011), mais quelle magie du partage !
Une musique dont le chant intérieur nous emmènera loin, à n'en pas douter !
John TAYLOR : Piano
Stéphane KERECKI : Contrebasse


21h00 dans les Carrières                                                       DATE UNIQUE en FRANCE !!!
JAN GARBAREK GROUP feat. TRILOK GURTU Norvège

Un 1er concert dans les carrières pour ce 20ème anniversaire, et quel concert !
Musicien, compositeur, orchestrateur et arrangeur de talent, le saxophoniste norvégien Jan Garbarek, associé depuis quatre décennies au prestigieux label allemand ECM, n’a de cesse d’inventer de nouvelles combinaisons de couleurs musicales mêlant instrumentation acoustique et son électronique.
Après avoir travaillé aux côtés du pianiste Keith Jarrett, cet émule de Coltrane a signé une longue série d’albums qui ont marqué de leur empreinte – l’intériorité et le sens du silence – la musique improvisée de la fin du XXe siècle. Récemment, il enregistrait à Dresde son tout premier recueil en public en compagnie de Rainer Brüninghaus – son complice depuis toujours – et du bassiste d’origine brésilienne Yuri Daniel.
La rencontre avec Trilok Gurtu, grand maître de la musique indienne, des tablas et percussions, lui inspire un nouvel univers musical. Trilok Gurtu est également un compositeur visionnaire que ses pas mènent aux confins des musiques rock, classiques, ethniques, jazz – un véritable monde en fusion, dont ressort sa pratique virtuose et inventive. Ses dialogues avec Jan Garbarek sont des moments rares d’une complexité rythmique et d’une richesse mélodique exceptionnelles, d’une émotion unique.
Jan Garbarek est probablement le seul saxophoniste d’Europe qui ait un son aussi identifiable. Un son très pur, très prenant, parfois légèrement nasillard, au ténor comme au soprano, un son pour lequel la réverbération est presque naturelle […]. Michel Contat, Télérama
Jan GARBAREK : Saxophones, Flûte            Trilok GURTU : Batterie, Percussions
Rainer BRUNINGHAUS : Piano                      Yuri DANIEL : Basse

Tarif soirée : 35 euros (tarif unique) , gratuit pour moins de 16ans



Mercredi 17 Juillet 2013

16h00 au Cinéma le Venise à Sommières
L'HOMME AUX BRAS D'OR, fiction d'Otto Preminger, 1955, 119 min
avec Frank Sinatra, Eleanor Parker et Kim Novak. Musique : Elmer Berstein.
Frankie Machine (Frank Sinatra) héroïnomane, revient de prison où il a suivi une cure de désintoxication. Devenu batteur pendant sa détention, il choisit d’exercer honnêtement le métier de musicien dans sa ville de Chicago. Mais d’anciennes fréquentations et sa relation trouble avec une épouse infirme l’incitent à reprendre ses activités de petit malfrat qui le conduisent fatalement à l’héroïne. Après bien des péripéties, il est sauvé par l’amour d’une voisine (Kim Novak)… "Le film est célèbre pour avoir été distribué sans l’aval du code de censure qui refusait son sceau à une fiction traitant aussi ouvertement de la drogue … Le jazz est pour la première fois la colonne vertébrale d’une partition pour le cinéma". (Extrait de Gilles Mouëllic, Jazz et cinéma, Collection Essais, Cahiers du cinéma)

18h00 au Temple (gratuit)
ARNOTTO France / Autriche                                      
“The Cyklop and I”
Un duo d'accordéonistes hors du commun qui a marqué l'histoire du festival en 2004 avec un moment d'émotion inoubliable. Nous retrouverons Arnaud Méthivier, qui est l’un des accordéonistes les plus virtuoses de sa génération, et l’accordéoniste autrichien Otto Lechner avec qui il a crée ce duo inclassable : Arnotto.
The Cyklop And I ne peut laisser l’auditeur indifférent. En effet, de façon surréaliste, Arnaud et Otto se livrent à un dialogue intime sans précédent : ils inventent de nouvelles et passionnantes improvisations en sondant les limites de leurs instruments jusqu'à la presque impossibilité.
Arnaud METHIVIER : Accordéon et Otto LECHNER : Accordéon

21h00 dans les Carrières    
En partenariat avec le Festival Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon
 JOEL ALLOUCHE QUINTET Languedoc-Roussillon
“ Tribute to Tony Williams ” Création
Joël Allouche, batteur montpelliérain, ancien parrain du festival, sera présent pour un tout nouveau projet qu’il mûritdepuis longtemps : un hommage à l’un de ses maîtres, le batteur américain Anthony Williams (1945-1997).
Tony Williams a été un des batteurs les plus marquants de ces quarante dernières années. De ses débuts à l’âge de 18 ans dans le second grand quintet de Miles Davis à l’aventure « Lifetime » où il révèlera également ses talents de compositeur, Tony Williams s’impose aujourd’hui comme un des noms incontournables dans la musique jazz et bien au-delà. Joël Allouche a été profondément bouleversé par ce formidable batteur, et aujourd'hui 24 ans après l'avoir entendu sur scène pour la première fois, il lui consacre ce quintet.
"Ce projet est pour moi une manière de saluer et rendre hommage à la musique d’un homme que je considère comme un génie de la musique moderne. Merci Tony !"Joël Allouche
Le groupe sera en concert le Mardi 23 juillet dans le cadre de radio France Languedoc-Roussillon, 22h00 Amphithéâtre du Domaine D'O
Joël ALLOUCHE : Batterie, Airelle BESSON : Trompette, Pierre-Olivier GOVIN : Saxophone, Rémi PLOTON : Piano, Gabrielle KOELOEFFER : Contrebasse  
                                                                                 
22h30 dans les Carrières
STEVE SWALLOW QUINTET feat. CARLA BLEY  USA / Espagne
Musicien innovateur, compositeur doué, le producteur Steve Swallow a été une figure importante et engagée dans le jazz pendant les quarante dernières années.
Il se produit aujourd'hui entouré d'une nouvelle formation de grands musiciens : Carla Bley, cette pianiste au style inclassable, Chris Cheek, saxophoniste de renom, Steve Cardenas, guitariste talentueux et Jorge Rossy, batteur catalan au sens mélodique impressionnant.
Steve SWALLOW : Basse, Carla BLEY : Orgue Hamond, Chris CHEEK : Saxophone, Steve CARDENAS : Guitare, Jorge ROSSY : Batterie




Tarif soirée : 25 euros (Tarif plein), 20 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans



Jeudi 18 Juillet 2013

16h00 au Cinéma le Venise à Sommières
AUTOUR DE MINUIT, fiction de Bertrand Tavernier, 1986, 2h13 min
avec Dexter Gordon François Cluzet, Lonette Mac Kee, Herbie Hancock. César du meilleur son et Oscar de la meilleure musique en 1987.
Dale Turner (Dexter Gordon) est un saxophoniste américain qui vit à Paris dans les années 1950. Il devient ami avec un dessinateur français Francis Borler (François Cluzet) qui tente de le sortir de son alcoolisme. Il y parviendra en partie, devenant l’ami ce saxophoniste dont le personnage est inspiré par deux figures de l’histoire du jazz: le saxophoniste Lester Young et le pianiste Bud Powell. Parmi les musiciens qui accompagnent Dexter Gordon : Herbie Hancock, le compositeur de la bande originale enregistrée en direct live, Billy Higgins (batterie), Eric Le Lann (trompette), John Mac Laughlin (guitare), Pierre Michelot (basse), Wayne Shorter (sax ténor), Ron Carter (basse), Freddie Hubbard (trompette)…

18h00 au Temple (gratuit)
GABOR WINAND et OLAH KALMAN Duo Hongrie                                    
Pays à l'honneur du festival Jazz à Junas 2009, la Hongrie prend une place de plus en plus importante au niveau de la scène européenne.
Un des musiciens de jazz phare en Hongrie, Gabor Winand nous propose un duo avec un jeune talentueux pianiste hongrois Olah Kalman. Véritable alchimie entre musique traditionnelle hongroise et modernité, ce duo est une rencontre malheureusement trop rare qui sera à découvrir dans le temple de Junas.
Gabor WINAND : Chant et Olah KALMAN : Piano


21h00 dans les Carrières    
ERNST REIJSEGER et MOLLA SYLLA feat. le Choeur Concurdu et Tenore de Oresei Pays-Bas/Sardaigne       
"Requiem For a Dying Planet”
En 2006, le réalisateur allemand Werner Herzog demandait à Ernst ReijsegerMola Sylla et le chœur sarde Cuncordu et Tenore de Orosei de créer la musique originale du filmRequiem For a Dying Planet. Nous aurons la chance de pouvoir accueillir ces formidables artistes pour un concert unique en France cet été !!!
Ernst Reijseger, en compagnie de Mola Sylla, nous avait ébloui en 2006 lors d’un concert au temple de Junas. Ils pourront cette fois partager l'étendue de leur créativité et leur sensibilité dans l'écrin des carrières de Junas.
Requiem For a Dying Planet n'est pas le chant funèbre anticipé de notre planète, mais un hymne à la Terre et à la beauté de la vie !
Ernst REIJSEGER : Violoncelle, Mola SYLLA : Percussions et chant, Massimo ROYCH : Chant, Luca FRAU : Chant, Piero PALA : Chant, Mario SIOTTO : Chant Patrizio MURA : Chant 
22h30 dans les Carrières
TIGRAN HAMASYAN QUINTET  Arménie / USA
"Shadow Theater”  
Le premier concert de Tigran Hamasyan sur un Festival français c'était déjà à... Junas en 2001 ! Il n'avait que 14 ans ! Récompensé par le prix Thelonius Monk en 2006 (une des plus prestigieuses récompenses dans le monde du jazz), décerné par un jury impressionnant - composé notamment de Wayne Shorter, Stevie Wonder et présidé par Herbie Hancock - ce jeune pianiste arménien est en train de conquérir le monde du jazz.
Il est la nouvelle star du piano à la technique démoniaque et aux allures de rocker. Pas étonnant quand on sait que ses premières amours musicales furent Deep Purple ou Led Zeppelin et qu'il revendique aujourd'hui, autant Miles Davis ou Herbie Hancock que le hard rock parmi ses influences.
Mais l'Arménien de Californie puis de New-York n'oublie pas ses racines ; il réussit à marier harmonieusement mélodies d'inspiration traditionnelle et rythmes ravageurs, climats aériens et délicats, et frappes saisissantes de la batterie. Nous le retrouverons ici avec le dernier projet de son quintet, dont un album sortira bientôt. A ne pas rater !
Tigran HAMASYAN : Piano, ARENI : Chant, Sam MINAIE : Contrebasse, Ben WENDEL : Saxophones, Nate WOOD : Batterie



Tarif soirée : 25 euros (Tarif plein), 20 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans





Vendredi 19 Juillet 2013

16h00 au Cinéma le Venise à Sommières
TRIBUTE TO PAOLO FRESU  avec  2 documentaires :
- !50, quinquagénèse, documentaire de Marthe Le More, 48min, 2012
Figure centrale du jazz européen et invité d’honneur cette année de Jazz à Junas  Paolo Fresu a fêté  en 2011 ses 50 ans. Il a organisé à cette occasion un événement unique, les «! 50», ou 50 concerts itinérants en Sardaigne, en compagnie de quelques amis et de multiples musiciens. La réalisatrice qui a accompagné le trompettiste dans ce périple invite son public à découvrir le patrimoine sarde en musique, en nous projetant au coeur de réserves naturelles, de sites archéologiques ou des places de villages.
- Una storia normale, documentaire de Cathy Rocchi, France 3 Corsica , 53 minutes, 2010
Paolo Fresu a une pratique régulière de l’écriture. Ce film se présente comme un récit autobiographique : le trompettiste raconte  son enfance dans son village sarde, l’éveil de sa vocation avec  la   découverte de musique et de l’instrument, ses rencontres avec différents musiciens. On l’accompagne dans ses constants voyages, à l’écoute de ses concerts.


18h00 au Temple (gratuit)                                                                                                                                                  
PETRAS VYSNIAUSKAS et VERONIKA POVILIONIENE DUOLituanie
Un des tout premiers artistes invité par le Festival Jazz à Junas en 1994 (1ère édition) pour la mise à l'honneur de la Lituanie, le saxophoniste Petras Vysniauskas sera présent 20 ans après avec un duo hors du temps avec Veronika Povilioniene,chanteuse traditionnelle lituanienne.
 Petras VYSNIAUKAS : Saxophones et Veronika POVILIONIENE : Chant





21h00 dans les Carrières 
PAOLO FRESU et BOJAN Z DUO  Italie / Croatie
Citoyen d'honneur du village de Junas depuis 2003, Paolo Fresu ne pouvait pas être absent de ce 20ème anniversaire !Bojan Z quant à lui avait marqué l'histoire du festival en 2005 avec un concert inoubliable dans les carrières. Retrouver ces 2 grands artistes côte à côte pour un concert en duo très rare sur la scène internationale, promet un moment magique ! Deux personnalités bien différentes : Bojan qui brutalise son piano, qui en sort des sons inouïs, entre romantisme, cynique et amour vache. Et Paolo, un son qui donne le frisson, des mélodies envoutantes ; un phrasé d’une géniale subtilité ; du début à la fin, du grand art !!!
Paolo FRESU : Trompette et Bojan Z : Piano

22h30 dans les Carrières
 PHILIP CATHERINE QUARTET Belgique
“ 70th Birthday Tour ”
Depuis les années 60, Philip Catherine s’est imposé comme une figure incontournable de la scène jazz européenne, enregistrant une quinzaine d’albums mémorables. Lancé à 18 ans, il tourne en Europe avec le trio de Lou Bennett et participe activement à la confection des disques September Man et Guitars. Ses collaborations ultérieures avec des grands artistes comme Charles Mingus, Chet Baker, Dexter Gordon, son style unique et son engagement musical, exerceront une influence décisive sur le microcosme.

Pour Junas, il viendra nous présenter son tout nouvel album avec de toutes nouvelles compositions, mais aussi quelques clin d'œil à Cole Porter par exemple. Cette formule en quartet, qu'il chérit particulièrement, lui donne le support rythmique nécessaire pour déployer toutes les facettes de sa musique: un groove irrésistible et des accents rock soutenant des envolées intenses dont il est un maitre incontesté.
 “Philip Catherine est un des derniers “romantiques” du jazz...parfois avec ces airs de simplicité qui vous font croire que rien n’est plus facile que d’observer un photon dans sa course. Le grand art.” Francis Marmande, Le Monde
Philip CATHERINE : Guitare, Philippe AERTS :  Contrebasse, Nicola ANDRIOLI : Piano, Antoine PIERRE : Batterie

Tarif soirée : 25 euros (Tarif plein), 20 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans






Samedi 20 Juillet 2013

10h00 Place de l'Avenir de Junas
BALLADE JAZZ DANS LES CAPITELLES, départ Place de L'Avenir
Pour ce 20ème anniversaire nous proposons un parcours original dans la garrigues junassole pour partager le patrimoine de Junas et notamment les capitelles. Cette promenade d'1 heure environ sera agrémentée par des moments musicaux autour de l'accordéon avec Nano. Nous terminerons ce petit parcours par un passage devant l'ancien Moulin de Junas en cours de restauration depuis de nombreuses années où nous pourrons écouter le trio deGilles Dalbis avec Petras et Dominik Vysniauskas.
Et pour plus de convivialité, un service d'apéritif et repas pourront vous être proposés à l'ombre, à Corbières, autre lieu symbolique du patrimoine de Junas.


14h00 à Corbières
ENTRE LES LIGNES, Impromptu sur fil souple Languedoc-Roussillon / Allemagne
Un projet inédit pour clore cette matinée avec un projet original mêlant art du cirque et musique électronique. Le duo réunit une fil-de-fériste berlinoise et un compositeur nîmois. Ces deux artistes poussent les limites de l'instant dans un spectacle où l'improvisation se définit comme l'acceptation des accidents et des surprises de la voie tracée par la rencontre des sons et des acrobaties.
Véritable création, le duo a été sélectionné pour participer à Solycirco, prestigieux festival allemand des arts du cirque à Sylt, et y a remporté le prix de l'innovation.
Sarah TRÄGNER : Funambule  et Arnaud BERTRAND : Electro divers


16h00 au Cinéma le Venise à Sommières
A L'ECOUTE DES PIERRES documentaire de Guy Lochard et Edmond Zimmerman, 2013, 52min
Depuis 19 ans, Jazz à Junas a offert à son public un parcours dans le jazz d’un grand nombre de pays européens (de l’Espagne à la Norvège, de la Belgique à la Hongrie) puis de trois grandes villes des Etats-Unis (New-York, Chicago, La Nouvelle Orléans) tout en proposant des rencontres avec des musiciens français résidant pour beaucoup dans la région. Le film restitue des moments forts de ces concerts. Des musiciens font part de  leurs regards sur le festival, de leurs émotions et de leurs souvenirs marquants.
Débat avec les réalisateurs et les programmateurs du festival.

18h00 Temple
DAVID ESKENAZY TRIO Languedoc-Roussillon
Le David Eskenazy Trio présente une musique entièrement originale, puissante et lyrique pour la sortie de son premier album « From the ancient world » (La Buissonne, Label Ophelia, 2012).
Ce répertoire tantôt cousu main dans une écriture simple et raffinée, tantôt taillé dans la roche aux ostinatos massifs et évocateurs -et souvent passant de l’ un à l’ autre dans un lyrisme rageur- puise dans les mystères profonds, la grâce sobre du baroque, la tendresse intime des harmonies romantiques, et le vivier des langages rythmiques du jazz moderne.
                  
21h00 dans les Carrières 
DANIEL HUMAIR QUARTET "Sweet and Sour" Suisse / France
Nom de légende dans l’histoire du Jazz et pourtant tellement actuel. A 75 ans, il nous livre assurément l’une de ses plus belles rencontres au sommet, ses réunions dont il a le secret et qui forcent le respect, la passion, la puissance et l’amour pour la musique. Le temps a pris toute sa mesure dans ce nouveau Quartet, celui de la rencontre, de l’échange, de l’écoute de l’un pour l’autre et surtout ce plaisir inégalé de transmettre une joie simple mais tellement évidente. Simplement jubilatoire !
« …J’ai, à chaque prestation de ce nouveau groupe, une sensation de bien être, de jubilation, de complicité, l’impression d’avoir fait un pas en avant et je n’ai qu’une envie: vite recommencer et me remettre encore en question. » Daniel Humair
Daniel HUMAIR : Batterie, Vincent PERANI : Accordéon, Emile PARISIEN : Saxophones, Jérôme REGARD : Contrebasse

22h30 dans les Carrières
JON HASSELL et PAOLO FRESU QUINTETUSA/Italie/Algérie
Un projet inédit pour terminer ce 20ème festival avec l'un des maîtres du Jazz électronique, le trompettiste Jon Hassell. Considéré comme un trés grand précursseur des musiques électroniques et pour être le créateur de la Fourth World Music, une combinaison de musiques anciennes et de traitements technologiques futuristiques, il est source d'inspiration de nombreux et célèbres artistes comme Nils Petter Molvaer, Bugge Wesseltoft, Eric Truffaz...et Paolo Fresu bien évidemment.
Ce projet en quintet et une création spécialement pour le Festival de Junas avec la mise en place de séances de répétitions durant la semaine du festival.
Un projet hors du commun avec un artiste emblématique et très très rare en Europe. A ne pas rater, cela va de soit !
Jon HASSELL : Trompette, Paolo FRESU : Trompette, Rick COX : Guitare, Kheir-Eddine M'KACHICHE: Violon,Peter FREEMAN : Basse


Tarif soirée : 25 euros (Tarif plein), 20 euros (Tarif réduit), gratuit moins de 16 ans





Le jazz selon Marcel Fleiss
MARCEL FLEISS

Marcel Fleiss, le fondateur de la galerie 1900-2000, est l’auteur de mythiques séries de photos de Jazzmen. Il raconte pour La Règle du jeu sa passion pour le jazz et l’histoire de sa riche collection.

M
Marcel Fleiss dans sa galerie 1900-2000, rue Bonaparte à Paris. Photo : Yann Revol
J’ai eu la chance d’habiter dans le New York du début des années 50. Mes parents m’avaient fait loger chez des amis à eux, pour que j’apprenne l’anglais en même temps que le métier familial, pelletier. Cela m’a permis de connaître les jazz clubs de l’époque, même si je n’avais que 17 ans. Au Birdland, on m’avait d’abord refusé l’entrée : puisqu’ils servaient de l’alcool, il fallait, en principe, être plus âgé. Mais j’ai promis au patron de l’époque, Oscar Goodstein, de ne pas poser de problèmes et de ne boire que du Coca ; alors il m’a laissé entrer.
Ma passion pour le jazz avait commencé à Paris : j’allais souvent dans la cave du Tabou et au Club Saint-Germain – la rue des Lombards n’existait pas encore. À New York, j’étais comblé : c’était the right place, at the right moment. J’ai pu observer la révolution du jazz des années 50, et connaître des lieux et des concerts mythiques, parfois même non-programmés.
J’en ai profité autant que je le pouvais : j’ai demandé, et obtenu, la permission de faire des photos au Birdland et dans d’autres boîtes de jazz. Jusque-là, je prenais surtout des photos de mes amis ; parfois de mes voyages, puisque mon père m’envoyait me former de par le monde (Alaska, URSS…).
Je n’avais pas vraiment de concurrence. Quelques photographes de salle existaient, mais ils ont rapidement compris que je ne cherchais pas à les remplacer. J’ai même suppléé à titre honorifique le photographe du Birdland, lorsqu’il ne pouvait venir.
Charles Delaunay et Thelonious Monk, coulisses de la salle Pleyel, 1954
Charles Delaunay et Thelonious Monk, coulisses de la salle Pleyel, 1954
Mon bonheur a aussi été de connaître Charles Delaunay, petit-fils de Robert Delaunay et directeur de la revue Jazz Hot, aujourd’hui la plus ancienne revue française de Jazz en activité, qui publiait notamment Maurice Henry – que j’ai eu l’opportunité d’exposer par la suite – et Boris Vian.
Je lui ai proposé mes photos, et il est allé jusqu’à m’accorder une colonne dans sa revue : Les nouvelles d’Amérique, où j’énumérais et illustrais l’actualité du jazz new-yorkais. Je n’étais pas rémunéré : je n’en avais pas réellement besoin, et je trouvais honteux de demander à être payé pour quelque chose qui me faisait autant plaisir.
Ces articles m’ont permis de faire sortir de l’ombre quelques musiciens : j’ai écrit le premier papier en France sur Charles Mingus, et ai été un des premiers – sinon le premier – à parler de Gigi Gryce, George Wallington et Charlie Smith.
Certains de mes papiers ont été co-signés par un certain Jacques Henry, qui n’était autre que Ny Renaud qui souhaitait rester anonyme – je pense que, cinquante ans après, on peut le dire.
Intrigués par l’intérêt que je leur portais, certains jazzmen m’ont demandé de les faire engager pour des concerts à Paris. Mes photographies ont pu servir à ces artistes de tremplin pour la France.
Il y avait un véritable attrait pour Paris, plus particulièrement pour Saint-Germain (c’est là qu’étaient les bonnes salles) ; ils parlaient aussi souvent des parfums français, et goûtaient le vin de Bordeaux. Le problème était que les clubs n’avaient pas de moyens : ils ne pouvaient se permettre d’offrir le voyage aux musiciens, et se contentaient donc de profiter de la venue de certains d’entre eux. J’ai essayé d’apporter mon aide chaque fois que j’en avais l’occasion, mais il faut dire que cela aurait été très compliqué sans Henri et Ny Renaud – Henri jouait au Tabou ; quant à Ny, elle était la tête pensante. J’étais aussi très ami avec le directeur des Disques Vogue, Léon Kaba, et j’essayais de lui faire enregistrer un disque lorsqu’un musicien venait à Paris.

la suite: